J4 : Worpswede (Deutschland) → Malmö (Sverige)

Au matin de ce jeudi 26 juillet il nous reste environ 1200km à parcourir sur terre, on a donc fait la moitié de la route en trois jours. Maintenant fini de rigoler, on met les bouchées doubles avec deux étapes de 7h et plus personne pour nous servir une bière fraîche à l’arrivée. On attaque donc avec la classique routine matinale : lavage, habillage, mangeage, rangeage. Apparemment nous avons suffisamment progressé vers le nord et l’est pour changer le petit déjeuner sucré en petit déjeuner salé, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Le premier repas de la journée est certainement le plus important pour nous en cette période de nomadisme (et ce n’est pas Cécile qui me contredira). C’est aussi et surtout l’occasion de prolonger un peu le temps passé avec nos amis. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il faut bien se dire au revoir. Lena nous accompagne diligemment jusqu’à la boulangerie la plus proche pour nous aider à nous faire comprendre auprès de Madame la boulangère qui ne parle probablement pas un broc d’anglais. Mission accomplie : nous avons nos sandwichs pour le midi… mais on ne sait pas trop ce qu’il y a dedans.

On the road again, direction Bremen pour reprendre l’autoroute vers Flensburg sur la frontière danoise. Premier problème (que nous avions déjà entr’aperçu hier), les indications de via Michelin utilisent des noms de route de type « K42 », « K28 », etc… mais ces noms ne figurent sur aucun panneau. Alors on essaie de deviner, on tente de se repérer avec le nom des villes que nous sommes censés traverser… en vain. Notre plan indique que l’autoroute doit se trouver à une vingtaine de kilomètres de notre point de départ or cela fait maintenant une demi-heure que nous errons sans voir le moindre signe qui pourrait nous mettre sur la voie. L’agacement s’installe car nous perdons du temps sur une journée qui s’annonce déjà longue. De plus Eléonore se lance dans une complainte incoercible, probablement en réponse à l’atmosphère tendue qui règne dans l’habitacle. Décidant de prendre le problème à bras le corps Cécile s’arrête alors que nous traversons un village inconnu, descend de la voiture pour demander des indications à des locaux puis va s’asseoir dans un coin de verdure pour nourrir notre fille. Quelques clichés de lieu étrange, perdu dans l’espace et le temps.

Eléonore apaisée (ses parents aussi), nous suivons les indications providentielles des autochtones et, après une dizaine de kilomètres nous retrouvons le paysage réconfortant de l’autoroute E22… et ses portions en travaux. Jusqu’ici on pouvait dire que la journée n’avait pas très bien démarré mais que les choses étaient rentrées dans l’ordre sans trop de problème. Après 100 kilomètres sur l’autoroute on pouvait officiellement dire que c’était une journée de merde. Tout ça à cause d’un maudit panneau… et peut-être aussi parce que Cécile  n’aurait pas dû dépasser cette voiture de Polizei. Nous n’avons rien vu venir jusqu’à ce qu’ils viennent se planter devant nous, quelques minutes plus tard, en affichant « FOLGEN BITTE » sur leur rampe de toit. Pas besoin d’être germanophone pour comprendre que ça veut dire « Emmerdes à l’horizon ». Nous nous exécutons et les suivons jusqu’à l’aire d’autoroute sur laquelle ils s’arrêtent. Le flic est descendu de son Audi. Il venu vers nous. On a baissé la vitre. Il nous a regardé. On l’a regardé. Il nous a regardé. Il a dit « Sprechen Deutsch ? English ? ». On a dit « English ». Il nous a demandé nos papiers. On les a donné. Il les a donné à son pote. Il nous a expliqué qu’on avait effectué un dépassement sur une zone ou les véhicules avec remorque n’avaient pas le droit de dépasser, il a sous-entendu qu’on avaient été assez cons pour dépasser une voiture de police et que de toute manière, en Allemagne les véhicules avec remorques étaient limités à 80km/h. Il a conclu en disant : ça fera 90€. Il était jeune, mince, brun avec les cheveux courts et avait un sourire que je lui aurais bien retiré à grands coups de pelle. Si on en croit la contravention, il s’appelait Martina. On a payé l’amende. Ils sont repartis. Nous aussi. Il était 11h30 du matin et on avait fait 100km… il en restait 500. Bref, Cécile a pris un PV en Allemagne.

Par la suite nous avons fait attention aux panneaux qui stipulaient – en pictogrammes certes – que nous n’avions pas le droit de dépasser. Sauf qu’on était à la bourre et que les camions se trainaient joyeusement à 100km/h et moins. Alors en bons français nous avons continué à dépasser tout en guettant attentivement l’éventuelle présence des poulagas (chat échaudé craint l’eau froide). Nous ne les avons pas revus et, pour notre plus grand soulagement, les interdictions de dépasser ont disparu à mesure que nous progressions vers le Danemark (nous avons quand même eu les plaisir d’en retrouver quelques unes comme vous pourrez le voir dans les photos).

Rapide pause déjeuner à proximité de Flensburg (les sandwichs étaient bons) puis nous repartons fissa pour essayer de rattraper le temps perdu. Une fois au Danemark la route est devenue très morne. Paysage monochromatique, aucun changement de direction, personne à doubler, pas de flic à surveiller. Du moins jusqu’à Odense. A partir de là le paysage est devenu très agréable et j’espère que vous saurez apprécier les quelques photos des immenses ponts que nous avons empruntés. Ponts pour lesquels il faut s’affranchir d’un droit de péage assez élevé : 350 Couronnes Danoises (= 47€) pour celui entre Odense et København et 620 Couronnes Danoises (= 83€) pour traverser les 7845 mètres du pont de l’Øresund qui sépare le Danemark de la Suède. Des ouvrages vertigineux qui forcent le respect tant ils semblent défier la physique Newtonienne. Les images parlent d’elles-mêmes.

Arrivés à Malmö vers 18h nous trouvons notre hôtel très rapidement et prenons nos quartiers dans une chambre complètement surchauffée, probablement en raison d’une longue exposition au soleil. Nous n’avions pas de thermomètre sous la main mais on était assez d’accord pour dire qu’il faisait de plus de 25°C. Dîner au bar de l’hôtel et couchés vers 21h parce que demain le réveil est prévu à 6h pour notre dernière étape routière, 620km pour traverser la Suède dans un axe sud-ouest / nord-est.

3 Commentaires

Classé dans Voyage

3 réponses à “J4 : Worpswede (Deutschland) → Malmö (Sverige)

  1. Flo&Daf

    J’adore !!!
    Nico, ne savais pas que tu étais aussi bon en écriture. C un vrai régal de te lire !!
    On a hâte de lire la suite !
    Gros bisous et à toute !!!

  2. Je tiens à préciser que le dépassement de la dite voiture de Polizei s’est fait dans les limites de vitesse autorisées. Enfin que je croyais autorisées… A ma décharge nous n’avons jamais vu de panneau limitant la vitesse des véhicules avec remorque. Alors s’il faut apprendre le code de la route de tous les pays qu’on traverse, ben pffff….

  3. Miko

    De toute façon il ne nous a pas verbalisés pour la vitesse mais pour le fait de dépasser avec une remorque. Pour la vitesse on va dire que c’était un geste commercial du genre : »Allez, vous rouliez trop vite mais comme j’suis sympa j’vous l’facture pas pour ce coup là »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s