Archives mensuelles : mai 2013

Keukenhof et Amsterdam

Un gros weekend, un temps presque estival, un couple d’amis en visite, il n’en fallait pas plus pour nous décider à sortir de notre petite bourgade pour découvrir un peu plus les Pays-Bas. Au menu deux destinations hautement touristiques du pays : Le Keukenhof et Amsterdam. Le premier est un immense jardin printanier (du fait qu’il n’ouvre qu’entre mi-mars et fin mai) dédié aux fleurs, dont la culture et le commerce ont fait la renommée du pays. La deuxième ne nécessite pas vraiment de présentation.

Jeudi matin nous avons donc pris la route vers la côte ouest des Pays-Bas pour nous rendre au « plus beau jardin printanier du monde » selon la modeste brochure du Keukenhof. C’est très beau en effet, les fleurs sont superbes et les parterres sont composés avec beaucoup de goût. Petit bémol cependant (parce qu’il faut bien être critique) : la foule. Une météo clémente et un weekend de pont sont des ingrédients qui sont remarquablement incompatibles avec la tranquilité. Nous avons tout de même pu nous frayer un chemin dans la masse pour nous régaler les sens de toute cette beauté multicolore et comme on est sympa, on vous en offre un peu (merci à Camille pour les superbes photos).

Le lendemain nous nous attaquions à la sulfureuse Amsterdam. Son red light district avec femmes en vitrine, ses coffee shops aux effluves lourdes et enivrantes, ses canaux, ses musées, ses monuments, ses pistes cyclables … ah tiens, les pistes cyclables c’est une bonne idée, si on faisait Amsterdam à bicyclette ? Allez hop ! En selle, au moins comme ça on n’aura pas à porter Eléonore sur notre dos pendant 6 heures. Une heure de train, un passage rapide chez un loueur de vélo et à nous la capitale. C’est une façon très typique mais assez particulière de découvrir Amsterdam. L’hyper-centre est difficilement pratiquable à cause de la foule de piétons et de vélos et de scooters (qui circulent légalement sur les pistes cyclables). La loi c’est pédale ou crève. Pas simple de s’arrêter sur un trottoir pour prendre quelques photos sans se faire incendier ou percuter. En revanche dès qu’on sort du centre c’est génial. La ville ne paraît pas grande mais les dimensions sont trompeuses et pour voir les différents quartiers sans trop se fatiguer les jambes, rien de tel que le vélo. Pour une fois nous avons imprimé les images sur notre rétine plus souvent que sur une péllicule photo. Rassurez-vous, nous en avons quelques unes, pour toi public.

4 Commentaires

Classé dans Voyage

Koninginnedag

Hoi!

Le 30 avril 2013, les Pays-Bas célébraient fièrement leur fête nationale. Koninginnedag, ou jour de la Reine en néerlandais, apparaît sous le règne de Wilhelmine et était alors célébré le 31 août, date anniversaire de la Reine. Quand Wilhelmine abdique le 4 septembre 1948 en faveur de sa fille, la fête nationale est alors déplacée au jour anniversaire de Juliana le 30 avril. Mais quand Béatrix, la fille de Juliana, monte sur le trône le 30 avril 1980 après l’abdication de sa mère, le Koninginnedag est maintenu au 30 avril afin de rendre hommage à Juliana (et de continuer à célébrer cette journée spéciale sous un temps plus clément, Béatrix étant elle née un 31 janvier…). Cette année 2013 marquait pourtant le dernier jour de la Reine puisque Béatrix annonce le 28 janvier qu’elle abdique en faveur de son fils Wilhem-Alexander. Le 30 avril 2013, les Pays-Bas célébraient donc à la fois la fin du règne de Béatrix et le dernier Koninginnedag, et le couronnement du nouveau Roi Wilhem-Alexander. Dès à présent, la fête nationale des Pays-Bas devient le Koningsdag et sera célébré le 27 avril, jour anniversaire du nouveau souverain.

Après cette petite introduction me permettant de vous expliquer les bizarreries (aux yeux d’un français s’entend! « La fête nationale c’est le 14 juillet, une fois pour toute et depuis plus de 200 ans c’est simple non! ») du calendrier de la fête nationale néerlandaise, je peux passer au récit de cette journée pour nous. Ayant reçu fort à propos la visite d’Alexandre et Fanny pour la fin du mois d’avril (nous permettant de célébrer en famille le premier anniversaire de notre princesse à nous) nous nous sommes rendus tous les 5 à Utrecht pour passer l’après-midi de ce dernier Koninginnedag. Le matin même nous avions pu admirer, devant notre poste de télévision, la liesse des néerlandais tous vêtus d’orange, la couleur de la Maison régnante des Oranje-Nassau, massés devant le palais royal d’Amsterdam pour rendre hommage à la Reine (redevenue Princesse) Béatrix et acclamer leur nouveau Roi Wilhem-Alexander et son épouse Maxima.

En début d’après-midi nous partîmes donc sous les couleurs nationales fièrement hissées sur la façade de chacune des maisons de notre quartier. A la gare d’Ede-Wageningen à une quinzaine de kilomètres de chez nous, nous montâmes dans un train en direction d’Utrecht et en compagnie de néerlandais-orangés pour l’occasion. Durant la fête nationale, chaque néerlandais se fait en effet un devoir de parer sa tenue vestimentaire d’une touche (voire plus!) d’orange: qui un chapeau, qui un tee-shirt, qui une paire de lunettes en forme de couronne, qui un vernis à ongle orange pétant ou encore un collier de fleurs autour du cou. Fanny et Alex n’ont pas déparé dans la foule bigarrée grâce à une magnifique écharpe et un splendide tee-shirt tous les deux oranges bien sûr et dénichés la veille dans les boutiques de Wageningen.

Après environ 30 minutes de trajet, nous arrivâmes sains et saufs à Utrecht, quatrième ville du pays avec plus de 300.000 habitants et située en plein coeur des Pays-Bas. L’origine de la ville remonte à une fortification romaine commencée quelques années après J-C. En 690 un missionnaire irlandais du nom de Willibrord s’installe à Utrecht qui devient pour les Pays-Bas le centre de la foi chrétienne pendant tout le Moyen-Age. Après le Moyen-Age, de nouvelles villes enrichies grâce au commerce, comme Amsterdam ou Rotterdam, deviennent plus importantes qu’Utrecht. La ville est cependant connue des historiens pour avoir été le siège de la signature du traité d’Utrecht le 11 avril 1713, traité qui mît fin à la Guerre de Succession d’Espagne. Aujourd’hui, Utrecht est devenue le noeud principal des réseaux ferroviaire et routier néerlandais et est une ville très dynamique et étudiante avec l’Université d’Utrecht, la plus importante des Pays-Bas et une des plus prestigieuses d’Europe.

La découverte du centre-ville d’Utrecht est aisément accessible à pied. Emprunter ses petites rues pavées, flâner le long du canal traversant la ville et se retrouver au fil des déambulations au pied de la cathédrale Saint-Martin d’Utrecht dont il ne reste plus que l’immense tour de 112 mètres de haut et devenue le symbole de la ville, fût un vrai plaisir pour les promeneurs que nous sommes. Arrivés un peu tard pour faire des affaires à la grande braderie en plein air, tradition de la fête nationale, nous avons tout de même pu profiter de l’ambiance festive et bon-enfant du Koninginnedag en nous mêlant à la foule qui déambulait dans les rues un verre de bière à la main, dansait sur les places au son des groupes de musique donnant de petits concerts partout dans la ville et observait les fêtards embarqués sur des bateaux, musique à fond et bouteilles à la main, enchaînant les tours de canal.

Quelques photos de cette après-midi printanière fort agréable et en charmante compagnie… (merci à Fanny pour le reportage-photos :-))

1 commentaire

Classé dans Voyage