Anticiper. Hiérarchiser. Revoir ses exigences.

Cela fera bientôt trois mois que nous sommes rentrés chez nous. Maintenant que nous avons pris nos marques il me semble que c’est le bon moment pour faire un premier bilan de cette nouvelle vie à 4.

Les premières semaines après la naissance de Gabriel furent assez fatiguantes. L’arrivée d’un enfant est forcément synonyme d’énergie dépensée, d’un peu de (bon) stress et, surtout, de sommeil en moins. Mais il faut également reconnaître que le premier mois après la naissance de notre garçon a été plutôt chargé : traverser la France avec un nourrisson de quelques jours ne peut pas vraiment être appelé une sinécure. Organiser un double baptême (même si nous avons eu toute l’aide nécessaire de nos familles) demande un peu de temps. Se préoccuper de formalités administratives telles qu’obtenir un passeport pour un nouveau-né est quand même source d’un peu de stress. Enfin boucler nos valises pour reprendre l’avion et retourner en Finlande avec deux enfants âgés de 2 ans et des poussières pour l’une et de 1 mois pour l’autre n’est pas forcément de tout repos.

Cela étant, je me dis aussi que nous avons eu de la chance de vivre ces premières semaines à 4 entourés de nos familles et de nos amis. Toujours une paire de bras pour bercer Gabriel, toujours un tonton-parrain, des cousins ou des cousines pour jouer et occuper Eléonore, pas de courses à faire, pas de repas à cuisiner, pas de ménage à faire… Finalement ça ressemblait un peu à des vacances à l’hôtel 😉 Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, il a bien fallu nous en retourner chez nous et affronter le quotidien de cette nouvelle vie trépidante.

Donc : Anticiper. Hiérarchiser. Revoir ses exigences. Ce triptyque pourrait être mon mantra depuis notre retour ici. Il faut admettre que le passage de 3 à 4 est plus source de changements que je ne l’imaginais. Pas tant sur la fatigue physique, non ça je trouve qu’on encaisse plutôt bien. Pas non plus sur l’équilibre familial, même si chacun doit retrouver petit à petit une place. Je trouve que pour le moment Eléonore a endossé sans grosses difficultés son rôle de grande soeur, tandis que nous nous efforçons avec super Daddy d’assurer notre rôle de parents sans pour autant oublier notre couple. Non, LE grand bouleversement pour moi, c’est la relativité du temps! Installés dans un petit quotidien bien huilé, avec une grande fille de 2 ans qui est calée sur des horaires de lever, de sieste et de coucher bien déterminés, qui commence à s’occuper toute seule et est de plus en autonome dans les tâches quotidiennes (genre manger ou s’habiller) les journées étaient rythmées certes, mais chacun pouvait trouver du temps pour s’occuper d’Eléonore, tout en se ménageant du temps à deux, ou du temps à soi.

Aujourd’hui clairement, les journées de 24 heures ne sont pas assez longues… Avec deux enfants, mathématiquement on double le temps de « travail parental ». Quand l’un s’occupe de donner le bain à Gabriel, l’autre joue avec Eléonore. Quand l’un supervise le dîner familial, l’autre berce Gabriel pour qu’il s’endorme. Vous avez compris le principe. Cela dit, ne nous plaignons pas trop, car pour l’instant (fingers crossed!) les siestes de mes deux enfants sont calées relativement en même temps. Ce qui fait qu’en début d’après-midi j’ai un peu de temps tranquille pour pouvoir faire autre chose que changer des couches, jouer aux dominos, ou nourrir un enfant. Même si, ne vous méprenez pas, j’aime ça!

Anticiper.

J’ai toujours eu un faible pour les « to-do-list ». J’en ai d’ailleurs déjà fait l’apologie ici. Depuis la naissance de Gabriel, ma propension à tout lister et à prévoir ne s’est pas arrangée… En plus de la liste des menus de la semaine établis à l’avance ou de la liste de courses, j’ai maintenant pris l’habitude tous les soirs une fois que les enfants sont couchés, d’écrire au tableau noir de la cuisine la liste des choses à faire le lendemain. Lessive, cuisine, récupérer un colis à la poste, tout y passe. Si ça peut parfois être un peu déprimant de se rendre compte la veille au soir que la journée du lendemain ne sera pas assez longue pour tout faire, j’y trouve tout de même un petit côté réjouissant à chaque fois que je raye un des items.

En ce qui concerne la cuisine, j’anticipe plus que jamais sur la préparation des repas. J’étais déjà adepte de profiter du temps de sieste d’Eléonore pour préparer le repas du soir afin de n’avoir qu’à le faire réchauffer avant de passer à table. Cela me permettait d’avoir du temps rien qu’à moi pendant que super Daddy donnait le bain à Eléonore avant de passer à table. Bon, maintenant avec Gabriel à gérer ce n’est plus forcément le cas, mais d’avoir préparé le dîner à l’avance me permet au moins de ne pas avoir à laisser mon fils hurler pendant je coupe des légumes ou que je fais revenir des oignons.

Idem pour les repas d’Eléonore. Autant le soir Eléonore mange, en règle générale, comme nous, ce qui simplifie les menus et donc la préparation. Autant le midi, je me prépare un menu à base de crudités ou autres restes (voir point suivant). Et Eléonore, les crudités, c’est pas son truc. Le midi c’est donc purée de légumes et protéines diverses et variées. Je prépare toujours ses purées à l’avance, souvent le soir après le dîner, ou parfois le matin quand j’ai un créneau, et j’en prépare suffisamment pour trois déjeuners. Tant pis si le menu ne change pas pendant 3 jours…

Niveau cuisine enfin, nous avons depuis peu adopté le fonctionnement « bento » pour le midi. Que ce soit au travail pour super Daddy (qui amenait déjà sa boîte, c’est juste le contenant qui est plus joli!) mais aussi à la maison pour moi. Car au final je me suis rendue compte qu’avoir mon bento préparé la veille (encore une fois en règle générale après le dîner) et prêt à déguster, ça m’évite de 1. manger toujours la même chose par manque de temps pour préparer quelque chose d’un peu élaboré, et 2. de m’agacer quand à 12h15 j’ai faim, qu’il faut faire manger Eléonore qui chouine car elle aussi a faim, et que Gabriel hurle parce que j’ai eu l’indécence de le poser 45 secondes sur son tapis d’éveil afin de pouvoir disposer de mes deux mains pour faire une vinaigrette…

Hiérarchiser.

La deuxième chose que j’ai apprise en rejoignant le monde merveilleux des multipares, c’est de donner un ordre de priorité aux tâches à effectuer… On ne va pas se mentir, dans la grande majorité des cas, les enfants passent en premier. Il m’arrive certes de dire à Eléonore de s’occuper toute seule, ce qu’elle arrive au fur et à mesure à faire de mieux en mieux. A 2 ans et demi, on tient le bon bout! Ou bien de laisser Gabriel râler (= euphémisme pour hurler à pleins poumons) dans sa chaise haute ou sur son tapis pendant quelques minutes pour finir ce que j’étais en train de faire. Mais il faut admettre qu’ils ne sont pas encore à un âge où ils sont capables de s’occuper très longtemps sans requérir l’attention maternelle/paternelle. Encore quelques mois et on espère bien voir la situation s’améliorer, un des avantages d’avoir des enfants rapprochés!

Durant leurs temps d’éveil, il me faut donc apprendre à délaisser cuisine, ménage, sans parler de mes loisirs personnels (mouarff un livre, la bonne blague!…) pour bercer, faire un puzzle, câliner, emboîter deux duplos, changer une couche ou lire un livre (mais à base de Petit Ours Brun, sniff…). Moi qui fonctionnais suivant un planning hebdomadaire bien huilé de courses, ménage, et autres tâches ménagères, je dois me rendre à l’évidence : il est maintenant hors de question d’avoir deux heures de tranquilité devant moi pour faire le grand ménage complet dans toute la maison.

En plus de hiérarchiser, j’ai donc appris à morceler et à minuter. Nettoyer les sanitaires en bas = 8 minutes. Passer un coup de balai dans la cuisine après le repas (l’aspirateur n’étant désormais de sortie qu’une fois par semaine, et encore les bonnes semaines…) = 2 minutes. Changer les draps du lit d’Eléonore = 5 minutes. Prendre ma douche (sans shampouiner, faut pas rêver!) = 3 minutes. L’oeil sur la montre, je slalomme donc entre les siestes, les temps de jeux calmes, et les épisodes de POB (toujours lui) pour tenter de rayer les uns après les autres les items de mes chères to-do-lists. Et de conserver une apparence décente…

Mais ne vous inquiétez pas trop pour moi. Hiérarchiser veut certes dire qu’entre donner le bain et donner un coup de serpillère, c’est le bébé qui gagne. Qu’entre jouer pour la douxième fois consécutive au memory et actualiser mon fil Facebook, c’est ma fille qui gagne (la partie aussi…). Et qu’entre préparer à manger pour le soir et étendre la lessive, c’est le dîner qui gagne (hérédité familiale, on ne plaisante pas avec la bouffe!). Mais cela veut aussi dire parfois, qu’entre nettoyer la salle de bains et regarder un épisode de Downton Abbey, c’est la famille Grantham qui gagne 😉

Revoir ses exigences.

Ce qui m’amène par une satisfaisante transition au dernier point de cet article. Revoir ses exigences. Je pense que vous aurez compris qu’il s’agit de les revoir à la baisse… Etant un « peu » (whaaaat?) maniaque de nature, exigeante envers moi-même, et « control freak » sur les bords (re-whaaaat?), l’arrivée d’un deuxième enfant m’a fait me remettre en question sur les aspects strictement matériels de notre petite vie. Alors certes, ma maison est certainement moins propre qu’avant. Certes, j’innove moins en cuisine ces derniers temps et je sélectionne plutôt des recettes rapides à éxécuter. Certes, j’ai moins de temps pour bouquiner et pour m’occuper de moi. Certes je suis parfois moins disponible pour envoyer des mails ou skyper, mea culpa.

Mais dans l’ensemble, je trouve qu’on s’en sort finalement pas mal. Je tâche d’être là au mieux pour famille et amis. Les bouquins m’attendent sagement sur mon étagère en prenant un peu la poussière. J’arrive quand même à tester deux-trois nouveautés en cuisine et à publier quelques recettes dans la catégorie « gastronomie » de ce blog. L’aspirateur est un peu délaissé et la serpillère n’est pas passée aussi souvent qu’avant. Mais au final, mes enfants n’en sont pas moins heureux (et leur immunité me dit merci! gloups…), mon mari n’a pas encore déposé de plainte à non-exécution de tâches ménagères, et je me réjouis tous les jours d’être la plus heureuse des mamans au foyer de mes deux merveilleux enfants 🙂

Un dernier mot, revoir ses exigences ça veut aussi dire : accepter que cet article ait été commencé il y a un mois et demi pour n’être publié qu’aujourd’hui 🙂

11 Commentaires

Classé dans Famille, Quotidien

11 réponses à “Anticiper. Hiérarchiser. Revoir ses exigences.

  1. anne baert

    Eh oui ma cherie deux enfants a gerer n est pas chose aisee !!! Il faut faire des choix , il y a des priorites !!! Mais comme toutes bonnes maman tu t en sors tres bien !!!
    Plein de gros bisous a tous les quatre !!!!

  2. Ludy

    Bel article! Qui a dit que les mères au foyer ne travaillaient pas? 😉 Je suis sûre que vous vous en sortez comme des chefs! En tout cas, vu de l’extérieur: chapeau!
    Gros bisous

  3. Ninie

    T’es la meilleure ma Kékile!!!!

  4. Élisabeth

    Ha ha. Je te kiffe espèce de wondermaman. Ça valait le coup d’attendre un mois et demi, c’est très juste et bien écrit. Bises pluvieuses.

  5. nimi

    Tu assures à n’en pas douter et c’est un très bon article ! Bisous à tous les quatre 🙂

  6. jéjé&pilipon

    wouah cécile!!! au moins on ne peut pas dire que tu t’ennuie mais as-tu songer à poser des RTT de sommeils et de moments libre rien que pour toi?:)
    gros bisous à vous

  7. aaaah, I need an English translation…….:-)

  8. Merci à toutes pour vos commentaires qui me font vraiment plaisir 🙂 En rédigeant cet article, je me suis aussi demandé comment faisaient celles qui doivent concilier leur boulot « officiel » à temps plein et le job sans temps mort de maman?!… Respect sur 5 générations!!!

  9. Blabla

    Merci Cécile pour ton excellent article, et pour ce dernier commentaire… C’est en effet une excellente question, à laquelle je n’ai malheureusement pas encore de réponses! Mais je crois que la réponse est la même que la tienne : de l’anticipation, de la hiérarchisation… avec des exigences revues beaucoup à la baisse (de mon côté, c’est déjà le cas pour le ménage) ! Allez, j’étais sensée bosser un peu ce soir moi…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s