Déformation professionnelle

Si je devais donner un de mes traits de caractère que je considère (au moins partiellement) comme une déformation professionnelle je dirais qu’il s’agit du goût, voire de l’obsession pour l’exactitude, surtout lorsqu’elle touche au domaine des sciences naturelles.

Je ne supporte pas l’à-peu-près, j’honnis les généralisations à tout-va, et les imprécisions m’agacent.

Permettez donc chers lecteurs et chères lectrices de me servir de ce billet comme d’un exutoire pour crier tout le désespoir qui me gagne lorsque j’entends dire que ceci est un pingouin :

Ceci n’est pas un pingouin. Ceci est un manchot. Un manchot empereur si vous voulez être exacts mais je n’en demande pas tant.

Pourquoi cela me révolte ? Eh bien parce que 1/ c’est à peu près aussi erroné que d’appeler un tigre un lion et 2/ que c’est très injuste pour le pingouin qui est effectivement un animal et qui ne bénéficie pas du centième de la popularité du manchot.

Je trouve cette confusion taxonomique d’autant plus perturbante qu’elle est paradoxale. Car si en effet elle est de même nature que la confusion entre un dromadaire et un chameau, tout le monde (environ) a déjà vu un chameau et un dromadaire et sait les différencier. Mais je vais m’aventurer en conjecture et prendre le pari que vous n’avez jamais vu une image de pingouin de votre vie. On donne donc à un animal le nom d’un autre animal bien réel mais dont on ne connaît rien et qu’on ne saurait même pas reconnaître si on en voyait un. Etrange non ?

Alors pour votre culture général et surtout pour les enfants (oui, vous, vous êtes foutus mais eux peuvent encore être sauvés) un pingouin c’est ça :

alca torda flightalca torda standing

Le petit pingouin ou Alca torda, dans sa dénomination systématique, est le dernier représentant vivant du genre Alca.

Je vais maintenant cesser de vous traiter d’ignares (vous ne l’étiez peut-être pas après tout) et nous allons passer à la phase où on apprend des trucs.

Il y a deux questions qu’il est intéressant de se poser maintenant :

  • Pourquoi confond-on allègrement ces deux animaux ?
  • Comment les différencier ?

La réponse à la première question se situe à plusieurs niveaux. Le premier niveau est d’ordre linguistique et concerne plus particulièrement nos voisins. Car en effet en anglais (mais aussi en italien, en espagnol, en allemand, etc…) ce que nous appelons manchot s’appelle penguin ou pinguino ou pinguin… bref vous avez compris. Cette source de confusion explique en grande partie selon moi que l’on retrouve cette erreur de façon massive dans les supports audio-visuels tels que les dessins animés (Breaking News ! Pingu serait en fait un manchot !) ou encore les livres pour enfants (ce que je trouve encore plus révoltant soit dit en passant). On ne peut en effet pas blâmer les traducteurs pour leur méconnaissance de l’ornithologie. C’est vrai que c’est tentant de traduire penguin par pingouin… mais c’est une erreur. (Si vous vous posez la question sachez que pingouin se dit razorbill en anglais).

La deuxième source de confusion vient probablement d’une certaine… toute relative… approximative ressemblance morphologique. OK, ce sont deux oiseaux marins à dominante noir et blanc… mais ça s’arrête là. Bon, je joue la mauvaise foi car en réalité la confusion vient d’une espèce disparue : le grand pingouin (Pinguinus impennis, anciennement Alca impennis) :

pinguinus impennis great auk

Exterminé par l’homme au milieu du XIXe siècle cet oiseau ressemblait assez spectaculairement à un manchot. Ce fut alors le premier oiseau à être baptisé penguin en anglais et pingouin en français. Les anglais ont ensuite changé le nom en great auk lorsque le nom de penguin fut attribué aux manchots qui furent découverts et nommés bien plus tard par les civilisations occidentales. Pour une raison étrange le français a fait exactement l’inverse en conservant le nom de pingouin pour le genre Alca et en créant le nom de manchot pour les sphéniscidés

Maintenant que nous avons compris l’origine de cette confusion voyons ensemble quelques éléments qui nous permettrons d’éviter de la reproduire.

Une toute petite définition avant de commencer : le terme manchot regroupe les espèces d’oiseaux de la famille des sphéniscidés, c’est-à-dire les manchots et les gorfous (aussi appelés manchots à aigrette). Pour votre gouverne, un gorfou ça ressemble à ça :

gorfou des Snares

Eudyptes robustus – Gorfou des Snares

Il existe deux critères très simples qui différencient les manchots des pingouins.

  1. CONTRAIREMENT AUX PINGOUINS LES MANCHOTS SONT INCAPABLES DE VOLER. Ce critère à lui seul suffit à faire la différence et si vous ne deviez en retenir qu’un, retenez celui-là. En effet au fil de quelques milions d’années d’évolution les ailes des sphéniscidés se sont adaptées à la nage, devenant ainsi beaucoup plus proches de nageoires que d’ailes et, ce faisant, ont perdu les caracteristiques anatomiques nécessaires au vol. Ces ailes-nageoires, combinées à d’autres adaptations morphologiques de l’animal, font des manchots d’excellents nageurs, capables de pointes de vitesse à 30 km/h et de plongées à plus de 500 m de profondeur pendant plusieurs minutes. Les pingouins eux aussi sont d’excellents nageurs et se nourissent du fruit de leur pêche sous-marine mais n’ont pas besoin de plonger aussi profond que les manchots pour se nourir.
  2. LES MANCHOTS HABITENT L’HÉMISPHÈRE SUD ET LES PINGOUINS L’HÈMISPHÈRE NORD. Contrairement à une idée reçue, les manchots n’habitent pas exclusivement en Antarctique. On en retrouve par exemple en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande, au Pérou, aux Galapagos, au Chili, en Argentine, etc… En revanche l’habitat naturel du petit pingouin se limite exclusivement à l’Atlantique Nord. Ils nichent le plus souvent sur des falaises rocheuses et on peut en observer des côtes marocaines jusqu’à l’Islande pour l’Atlantique Est, et du nord des USA jusqu’au Groenland pour l’Atlantique Ouest. Il est intéressant de noter que si certaines espèces de manchots sont menacées d’extinctions ce n’est pas le cas du petit pingouin. Cependant les experts ont noté une forte diminution de la population de petits pingouins en France dont les dernières (irréductibles) colonies peuvent être observées… je vous le donne en mille : en Bretagne. Ceci fait que même si la population d’Alca torda est stable au niveau globale l’espèce est considérée en danger critique sur le territoire français.

Les mots sont plus que de simples outils de communications, ils façonnent notre pensée et peuvent changer nos représentations du monde. Les mots « pingouin » et « manchots » sont un bon exemple de ce phénomène car en apprenant et en comprenant ce que ce sont ces oiseaux vous les verrez dorénavant avec un œil nouveau, tout comme apprendre à reconnaître les arbres a changé ma façon de voir une forêt, un paysage. De la différence naît la richesse, et apprendre, comprendre ce qui différencie deux choses (ou deux êtres) c’est reconnaître cette richesse.

Maintenant que vous savez vous n’avez plus d’excuses.

9 Commentaires

Classé dans Science

9 réponses à “Déformation professionnelle

  1. anne baert

    Tres bon article Nico et une mise au point tres claire !!! Tres instructif de savoir differencier un pingouin d un manchot !!!!

  2. Nimi

    Je t’adore 😀 ah là là ces pingouin qui n’en sont pas ! Article très intéressant 🙂

  3. Ninie

    Eh bien je peux affirmer que je m’endormirai moins con ce soir!!! Merci!!!

  4. I did maybe understand 20% of your article – thanks to google translate (btw.: your grammar is horrible, it was very difficult to make any sense of the text 😉 ), but I do feel the need to tell you that I just read a book (Lothar Frenz – Lonesome george oder das Aussterben der Arten), which is basically about the extinction of species! Extremely interesting and very depressing! Anyway, there was a whole chapter about the great auk and how it was hunted down! Weird, how all these coincidences play out, that you just now posted this article…

  5. Alice

    Bonsoir, je suis tombée sur ton blog par hasard en cherchant des photos comparatives pingouin/manchots (pour faire entrer enfin ça dans la tête de mes amis et arrêter de péter un cable quand ils parlent de pingouins :D). Vu que toi aussi tu aimes la précision et rendre justice à ces petites bêtes je tiens juste à préciser qu’il y a une petite erreur dans ton article, les pingouins ne sont pas les derniers représentants des alcidés, loin de là (les macareux, les guillemots, les mergules…).
    Mais très bon article, très détaillé ! Je savais que l’erreur venait principalement de la terminologie anglaise mais je ne connaissais pas cette histoire d’inversion des termes avec la découverte des manchots. J’aurais appris quelque chose !

    • Miko

      Merci Alice, tu as tout à fait raison. J’avais confondu le genre Alca avec la famille Alcidae. L’erreur est maintenant réparée.
      Ca me fait plaisir de savoir qu’il y a d’autres défenseurs de la cause des petits pingouins.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s