Archives mensuelles : mai 2015

Tarte à la rhubarbe

Aujourd’hui je vous voudrais remercier très chaleureusement ma copine Hélène (dite Blablabla) pour cette délicieuse recette de famille que je m’apprête à vous livrer, et sans son autorisation en plus! Oups… J’ai encore un souvenir ému de cette tarte à la rhubarbe dégustée il y a de ça au moins 12 ans (whaaat?) dans la résidence étudiante de l’école de Chimie de Rennes… Elle est toujours aussi savoureuse! Merci également à Maarit, une collègue de mon cher mari, pour la rhubarbe de son jardin! Régalez-vous 🙂

Ingrédients

Pâte à tarte : 250 g de farine, 125 g de beurre, 70 g de sucre, 1 pincée de sel, 1 oeuf, 1 càc de crème fraîche

Garniture : 4-5 tiges de rhubarbe suivant leur taille, 2 oeufs, 100 g de sucre, 50 g de farine, 100 g de crème fraîche

Verser la farine, le sucre et le sel dans un grand saladier. Travailler avec le beurre coupé en petits morceaux jusqu’à obtenir un mélange sableux. Ajouter l’oeuf et la crème fraîche et former une boule. Enrouler dans du film plastique et laisser reposer au moins une heure au réfrigérateur. Abaisser ensuite la pâte au rouleau à pâtisserie directement sur une feuille de papier sulfurisé. Disposer dans un moule à tarte, piquer le fond de tarte avec une fourchette puis recouvrir de papier sulfurisé. Disposer des grains de riz sec ou des poids à pâtisserie et enfourner pour 15 minutes de cuisson à 180°C.

Pendant ce temps préparer l’appareil. Eplucher la rhubarbe et tailler en petits tronçons. Battre deux oeufs, ajouter le sucre et fouetter jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la farine et fouetter à nouveau. Ajouter enfin la crème fraîche. Disposer la rhubarbe sur le fond de tarte pré-cuit, verser l’appareil dessus et enfourner pour encore 15 à 20 minutes à 180°C.

Miam!

DSC04105

1 commentaire

Classé dans Gastronomie

Apteeki museo

Cette année, et pour la première fois, nous allons passer le printemps puis l’été chez nous en Finlande. Outre le plaisir d’observer la nature renaître, les oiseaux s’approvisionner à notre mangeoire et les fleurs tapisser les sous-bois, cela signifie aussi que nous aurons enfin le loisir de profiter d’activités estivales. Les visites culturelles à Turku en font partie, puisqu’une bonne partie des musées des environs n’ouvrent leurs portes que durant la saison estivale.

Nous avons donc entamé les festivités avec la visite du musée de la Pharmacie cet après-midi. Ce musée, situé dans une maison bourgeoise du début du XVIIIème siècle sur les bords du fleuve Aura, abrite une vieille pharmacie du XIXème siècle. La pièce des matériaux regorge de flacons anciens dans lesquels étaient stockés les herbes médicinales nécessaires à l’élaboration des médicaments. Deux laboratoires ainsi qu’une réplique d’officine présentent de nombreux objets de pharmacie, du mortier au cornet de distillation en passant par des trépieds pour faire fondre la parafine ou encore les registres d’ordonnance datant de 1920.

Après la visite de l’aile commerciale, le reste de la maison est composé des pièces à vivre dans lesquelles résidaient le docteur Pipping et sa famille, derniers occupants de la maison avant qu’elle ne soit transformée en musée. Cette maison bourgeoise est la plus ancienne en son genre préservée à Turku car elle fût épargnée du grand incendie de 1827. Le salon, la chambre à coucher des enfants ou encore la chambre de Madame, sont des pièces à la décoration rococo et aux meubles de style Gustave III (roi de Suède), qui illustrent le mode de vie des classes aisées de l’époque.

Notre visite (libre) fut bien agréable dans un musée presque désert en ce début d’après-midi ensoleillé. Les dames du musée sont très sympathiques et on y trouve même de la documentation sur les différentes pièces en français s’il vous plaît! Clou du spectacle, la pharmacie des enfants donne enfin aux petits l’occasion de toucher les plantes médicinales, de les broyer au mortier et de préparer des décoctions à leur guise en jouant au petit apothicaire du début du XXème siècle.

A noter, le charmant petit café dans la cour intérieure du musée permet de faire une halte dans un havre de paix en plein coeur de la ville. Une visite que nous recommandons!

4 Commentaires

Classé dans Turku

Course de chaises

On connaissait la course à pied, les courses en sac, la course de petites voitures… Chez nous, on pratique la course de chaises. A vos marques, prêts, partez!

Poster un commentaire

Classé dans Famille

Filet mignon laqué aux épices

Une recette toute simple aux saveurs asiatiques, et qui fait de l’effet aux papilles!

Ingrédients (pour 4 personnes)

0.5 càc de paprika, 0.5 càc de curry en poudre, 5 càs de sauce soja, 4 càs d’huile d’olive, 2 càs de miel liquide, 2 càs de graines de sésame, 1 càs de graines de pavot, 700g de filet mignon de porc, 1 carotte, 250 g de nouilles chinoises

Dans un bol, mélanger le paprika, le curry et la moitié de la sauce soja. Rincer le filet mignon et essuyer avec du papier absorbant. Mettre le filet mignon dans un sachet congélation, arroser avec la marinade et fermer hermétiquement. Laisser mariner deux heures minimun au frigo.

Egoutter le filet mignon. Dans une poêle, mettre à chauffer la moitié de l’huile d’olive et faire dorer le filet mignon. Arroser de miel et laisser cuire de 8 à 10 minutes à feu doux en arrosant du jus de cuisson. En fin de cuisson, parmsemer de sésame et de pavot et laisser caraméliser. Réserver dans un four tiède (100°C) bien enveloppé dans une feuille d’aluminium: la chaleur va diffuser et finir de cuire le filet mignon à coeur.

Pendant la cuisson des filets, faire cuire les nouilles à l’eau bouillante salée pendant 4-5 minutes. Egoutter puis rafraîchir sous l’eau froide. Eplucher la carotte et tailler en fine julienne. Dans un wok, mettre à chauffer le reste d’huile d’olive et faire fondre la carotte. Ajouter les nouilles et faire sauter le tout en 2 minutes, à feu vif, avec le reste de sauce soja.

Trancher le filet mignon et servir avec les nouilles.

DSC03902

Poster un commentaire

Classé dans Gastronomie

10 mois

Du haut de ses 10 mois, Gabriel est toujours un petit garçon remuant. Et ce n’est rien de le dire! Il fonce à toute vitesse dès que nous avons le dos tourné pour monter l’escalier (sous surveillance il est capable de monter jusqu’à l’étage sans aucun regard en arrière…), manger les fils de l’ordinateur sous le bureau de Super Daddy, ou se mettre la tête dans la cuvette des toilettes. Définitivement son top 3 des bêtises à ne pas manquer!

Ma petite tornade file, mais toujours à 4-pattes. La station verticale suffit manifestement à combler ses envies de découvrir le monde, et pour se déplacer ou faire des courses avec sa soeur à travers le salon en poussant des cris de putois rien de tel que le 4-pattes. Monsieur ne semble donc pas intéressé outre mesure par la bipédie pour le moment. Notez que je ne m’en plains pas, au contraire!

Gabriel est aussi un petit garçon câlin, surtout à 3 heures du matin quand il faut se rendormir, très têtu et dont le caractère qui semble bien trempé (c’est de famille!..) se révèle petit à petit. Malgré son entêtement, et sous les injonctions parentales pluri-journalières, on note tout de même que Gabriel s’est enfin décidé à rester tranquille sur la table à langer pendant le change: il n’y pas de petite victoire!

Espérons que l’apprentissage du « non » finira également par porter ses fruits car pour l’instant même s’il comprend très bien quand je lui dis non quand il ouvre pour la 532ème fois d’affilée le tiroir sous le four et qu’il referme le-dit tiroir, il finit par l’ouvrir une 533ème fois. C’est plus fort que lui…

Séance photo du 10ème moisiversaire :

 

4 Commentaires

Classé dans Famille