Archives mensuelles : juin 2015

Back on the track

Après quatre ans ou presque d’interruption de toute activité sportive, deux grossesses, une double tendinite à la reprise de l’entraînement en février dernier, l’abandon de l’objectif d’une première course début mai (sic) et enfin 8 semaines d’entraînement à raisons de 2 séances par semaine, le voilà mon « 10 kilomètres »!

DSC04564

J’ai couru aujourd’hui 10 kilomètres à l’occasion du Paavo Nurmi Marathon qui se tient tous les ans à Turku à la fin du mois de juin depuis 1992. Malgré les nuages et un petit crachin (mais finalement cela rafraîchit!), l’excellente organisation et la bonne ambiance de cette course ont rendu cette matinée très agréable. Mention spéciale à l’échauffement collectif proposé avant le départ de la course: 20 minutes de stretching sous la houlette d’une sympathique prof de fitness d’une cinquantaine d’années courant elle le semi-marathon. Il aurait fallu voir l’ensemble des participants lever haut les bras, enchaîner les « talons-fesses » et sautiller sur place, un joli moment de partage sportif!

N’ayant jamais mesuré le kilométrage lors de mes séances d’entraînement, je n’avais pas trop d’idée du rythme auquel je courais. Je m’étais donc fixé l’objectif (très peu ambitieux…) de finir ma course sous la barre des 1h10. L’objectif a été largement atteint puisque mon chrono officiel est de 1h 04mn 17s. Je suis donc fière de moi puisque c’est deux minutes de moins que lors du dernier 10 kilomètres que j’avais couru à Tout Rennes Court en 2011 🙂

Avant de finir (et d’aller me coucher…), un petit mot sur le grand Paavo Nurmi qui donne son nom à cette journée sportive. Paavo Nurmi est probablement le sportif finlandais le plus connu dans le monde. Né le 13 juin 1897 à Turku, et mort le 2 octobre 1973 à Helsinki, celui qu’on surnommait le « Finlandais volant » régna sur le monde des courses de fond et de demi-fond pendant près de quatorze ans. Détenteur de 22 records du monde (du 1500 m au 20 km) Paavo Nurmi remporta 12 médailles olympiques, dont 9 titres, devenant ainsi l’athlète le plus médaillé des Jeux Olympiques modernes. Véritable héros national, il fut le dernier porteur de la flamme olympique lors des jeux olympiques d’Helsinki en 1952.

2 Commentaires

Classé dans Quotidien, Turku

Fiskars

En fin de semaine dernière nous avons profité d’un week-end prolongé de trois jours à l’occasion de la fête de Juhannus. Si la météo durant le week-end a été mitigée (bien que nous permettant tout de même d’inaugurer la saison des barbecues vendredi soir sous le soleil, quoi de plus finlandais pour Juhannus?!), la journée de dimanche fut belle et nous en avons profité pour aller passer la journée à Fiskars, petite bourgade située à environ 1h30 de route à l’est de Turku.

En plus d’être un charmant petit village perdu au bord d’une jolie route boisée et vallonnée, Fiskars est connu pour être le lieu de naissance de l’entreprise éponyme. C’est en 1649 qu’un marchand hollandais installe une fonderie de métal dans le petit village de Fiskari (en finnois) ou Fiskars (en suédois). Au départ la fonderie fabriquait clous et fils, puis s’est tournée vers la manufacture d’engins agricoles et d’outillage de maison. Le produit emblématique de la marque, ou tout du moins son design le plus connu, les ciseaux ergonomiques oranges furent dessinés par l’ingénieur finlandais Olaf Bäckström en 1967.

859853 Classic Yleissakset 21 cm

Les fameux ciseaux orange.

Aujourd’hui Fiskars est une société holding au chiffre d’affaires de 748 millions d’euros. Si la production des objets traditionnels qui font la renommée de la société est désormais localisée aux Etats-Unis, Fiskars continue d’être impliquée dans l’économie du pays. Fiskars est notamment propriétaire d’une société de production de bateaux située à Ähtäri en Ostrobotnie, ou encore de l’entreprise finlandaise Iittala spécialisée dans les arts de la table et rachetée en 2007.

Reste qu’en dehors de ces considérations économiques, Fiskars est une destination fort agréable pour flâner par une douce journée d’été. Promenade le long de la rivière, déjeuner en terrasse au bord de l’eau sans oublier une formidable aire de jeux au coeur du village auront permis de ravir petits et grands pour ce premier dimanche d’été.

Poster un commentaire

Classé dans Famille, Voyage

11 mois

Plus qu’un mois avant le premier anniversaire de Gabriel! Depuis juillet 2014 le temps sera définitivement passé à toute vitesse… mais avant de faire le bilan de cette première année quelques petites choses notables chez notre bébé-plus-si-bébé-que-ça.

Le mois dernier Gabriel a beaucoup évolué au niveau du baby-sign. Evidemment les enfants prennent un malin plaisir à pousser leurs parents à se contredire, et donc contrairement à ce que je disais ici, Gabriel a commencé depuis quelques semaines à signer! Soit 5 bons mois avant l’âge auquel sa soeur s’y était mise.

Pour l’anecdote le premier signe d’Eléonore a été « encore », alors qu’elle se tenait sur les genoux de sa grand-mère maternelle à l’heure de l’apéritif, et qu’elle venait d’engloutir ce qui devait probablement être son premier gâteau apéro (très précisément c’était un Tuc, normal on devient vite accro…)!

Gabriel de son côté ne fait pas honte à la réputation d’épicuriens (aka grosse bouffe) de la famille, et a donc signé pour la première fois : « fromage »!… Hé oui on ne se refait pas. Il reste cependant difficile de différencier « fromage » de « encore » ou « bravo », puisque ces mots se signent tout trois en utilisant les deux mains et en les frappant l’une contre l’autre. Pour plus de détails revoir la vidéo d’Eléonore ici, je crois qu’ils faisaient partie de la démo 🙂

Bref, avec le contexte nous arrivons généralement à comprendre ce que veut dire Gabriel. Il y a un signe que Gabriel maîtrise plutôt bien, c’est celui que nous utilisons pour désigner sa grande soeur. Pour signer Eléonore, nous avons décidé d’utiliser le signe de la lettre « E » : main droite, poing fermé, pouce replié sous les quatre doigts.

D’ailleurs un matin au réveil de la sieste, et un peu ronchon à cause de sa sixième dent en train de percer, la première chose que Gabriel ait faite a été de réclamer sa soeur en signant « E ». C’est que ce petit bonhomme commence à intégrer de plus en plus la routine quotidienne et sait très bien qu’après la sieste matinale nous allons chercher Eléonore au leikkipaikka! C’était d’ailleurs très drôle car ce même jour, nous déjeunions en tête-à-tête puisqu’Eléonore pique-niquait au leikkipaikka. Et Gabriel m’a montré à plusieurs reprises son étonnement en signant encore « E » au cours du repas, comme s’il réclamait de savoir où était sa soeur 🙂

Côté motricité Gabriel n’a pas vraiment fait de progrès notables ces derniers temps. Il se déplace toujours aussi vite à 4-pattes, n’a toujours pas l’air très intéressé par la marche malgré les efforts de son père pour « l’entraîner » à tenir debout sans appui… Pourtant même s’il n’a pas appris à faire de nouvelles choses ce mois-ci, l’horizon s’élargit toujours pour lui puisqu’il grandit. Et ces quelques centimètres supplémentaires lui permettent bien évidemment de tester de nouvelles bêtises… Gabriel me rend folle à ouvrir à longueur de journée les placards de la cuisine, à sortir poêles, casseroles et autres ustensiles ou encore à vider la poubelle consciencieusement. Malgré les interdictions répétées, et parfois une petite tape sur la main, rien à faire ça ne rentre pas! Mon fils, têtu comme une mule.

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de partager une petite anecdote qui nous a conforté dans le fait de se dire que les fratries d’âge rapproché c’est chouette (en même temps heureusement parce que c’est un peu tard!) (et hormis les cris de putois, les jouets qui volent à travers le salon ou encore les tirages de cheveux…) : un soir après le dîner, Gabriel se coince les doigts dans le radiateur de la cuisine (alors que je lui disais pour la cinquième fois consécutive de ne pas y toucher…). Gros malheur, pleurs pleurs pleurs. Eléonore se lève de sa chaise haute, va chercher sa souricette (son précieux!), la tend à son petit frère et lui dit « tiens Gabriel, mon doudou pour te consoler » ♥♥♥

 

Ndlr: en raison d’un week-end de 3 jours ici, j’ai 1 jour d’avance sur le moisiversaire de Gabriel! C’est plus fort que moi, je me crois déjà samedi…

2 Commentaires

Classé dans Famille

Archipel de Turku

L’archipel de Turku composé de près de 20.000 îles est un des joyaux de la nature finlandaise. Situé au large de Turku, l’archipel s’étend de Kimito au sud-est jusqu’à Kustavi au nord-ouest. Ces paysages marins où l’eau et la terre s’entremêlent jusqu’à ne plus savoir si on se trouve sur une île ou sur le continent, si on contemple un lac paisible ou la très calme mer Baltique, font probablement partie des plus beaux de Finlande.

Depuis notre arrivée ici nous n’avons pas pris le temps de profiter beaucoup de ce petit bout de paradis pourtant à portée de notre main. Nous avions tout de même eu un bel aperçu de ce que peut être l’archipel en faisant en 2012 une excursion au départ de Kasnäs située à l’extrême pointe sud-est de l’archipel. La présence des parents de Nicolas en Finlande en ce moment nous a permis de réparer un peu les choses! Le week-end dernier nous avons donc embarqué enfants, maillots de bain et vestes polaires (n’oublions pas que nous sommes en Finlande) pour deux jours et une nuit dans l’archipel.

Un itinéraire partagé entre des routes serpentant à travers les îles et des bacs gratuits pour sauter d’île en île permet de visiter la totalité de l’archipel en une boucle de 250 km. Cependant afin de prendre notre temps nous avons préféré faire le tour de la « petite boucle » au départ de Turku, en passant par Pargas puis Nagu, Hanka, Rymättylä, Naantali et enfin retour à Turku.

Samedi matin nous avons donc pris la route sous le soleil direction l’île de Nagu où nous avions réservé un B&B pour la nuit. Après environ 40 minutes de route et 3 ponts nous permettant déjà de quitter le continent nous avons pris le bac Sterna qui en quelques minutes nous a déposé sur l’île de Nagu.  Petit tour sur le très mignon port de plaisance, pieds dans l’eau et escalade sur les rochers pour Eléonore pendant que Gabriel prenait sa pause déjeuner dans la poussette sur la sable face à la mer. Ensuite les grands ont déjeuné en terrasse sur le port au restaurant L’Escale (oui en français dans le texte!), endroit que nous recommandons chaudement : plat savoureux, accueil charmant et comme très souvent ici restaurant très « kids friendly » avec chaise haute, jeux pour enfants dans un petit coin de l’entrée et matelas à langer dans les toilettes.

Après ce déjeuner roboratif nous avons repris la route pour quelques kilomètres afin de nous rendre au Grännäs B&B. Halte resposante au beau milieu des champs, sieste pour les uns, petit tour du propriétaire pour les autres et installation dans nos chambres pour la nuit. Après le goûter, direction la plage privée de l’hôtel à quelques minutes à pied, où nous avons profité d’une fin d’après-midi au bord de l’eau, sans un souffle de vent et sous la douce caresse du soleil finlandais de cette fin de printemps : idyllique! Les plus courageux (i.e. les plus petits) se sont même jetés à l’eau! Gabriel découvrant les joies de la plage pour la première fois était hilare et surexcité, et ne se serait certainement pas laissé arrêter par les 13 ou 14 degrés max de l’eau!…

Après un dîner bien mérité pour les enfants, un coucher un peu difficile mais géré de main de maître par Super Daddy, nous avons fini cette belle journée dans le jardin à l’ombre des pommiers en fleurs. Enfin, les réveils très matinaux des enfants ces derniers temps, la fatigue accumulée et l’invasion des moustiques en fin de soirée ont eu raison de nous et las, nous avons retrouvé nos lits pour tomber dans les bras de Morphée après ce samedi bien rempli.

Au réveil le lendemain, il nous a fallu malheureusement admettre que les prévisions météorologiques étaient pour une fois justes… La pluie et le ciel gris nous attendaient. Après un petit-déjeuner à l’hôtel nous avons donc repris la route, enfin plutôt le ferry qui en une petite heure nous a amené à Hanka. Quel dommage pour le temps! Avec un brin de soleil la traversée sur le pont nous aurait permis de profiter encore des îles de l’archipel, parfois simples bouts de rochers, qui se laissent admirer jusqu’à perte de vue. Cela dit, même sous la pluie le retour par Rymättylä fût agréable. La route sillonne l’île entre champs, fermes et bords de mer et laisse encore entrevoir la faune qui peuple les lieux. Cormorans, hérons et lièvres sont certainement plus nombreux que l’homme ici!

Pas d’arrêt donc sur la route du retour jusqu’à Turku, mais de beaux souvenirs et de belles images, et définitivement un goût de trop peu pour ce petit bout de paradis que nous retournerons certainement explorer avec plaisir.

1 commentaire

Classé dans Turku

Turku Airshow 2015

Le weekend dernier se tenait l’édition 2015 du Turku Airshow, à l’aéroport… de Turku justement. Il s’agit d’un des plus grand meetings aériens de Finlande qui chaque année se produit dans une ville différente afin de faire le tour du pays. Après 4 ans, le show est de retour à Turku. Un grand meeting aérien à deux pas de la maison, on s’est dit que ça serait dommage de rater ça. Et puis ça occupe les enfants pendant tout un samedi après-midi, que demande le peuple.

Le show est en fait composé de deux éléments : d’une part d’une gigantesque exposition d’aéronefs au sol (sur le tarmac de l’aéroport) et, d’autre part, de démonstrations de vols.

Au sol ce sont des dizaines d’avions et d’hélicoptères, civils et militaires, de toutes tailles et de différentes nationalités. Certains (gros) sont mêmes visitables.

Du côté des démonstrations aériennes on a d’un côté des vols individuel servant à montrer les performances d’un appareil en particulier et de l’autre côté, un spectale bien plus éblouissant : les patrouilles acrobatiques. Et là, il faut bien avouer qu’on en a eu pour notre argent (et vu le prix du billet, c’est pas peu dire). Nous sommes arrivés juste à temps pour voir les acrobaties des Turkish Stars, une patrouille de 7 avions, dont les maneouvres m’ont totalement bluffé mais avons malheureusement raté un bon nombres de démonstrations à cause d’une mauvaise préparation.

Quoi qu’il en soit, ce fut un divertissement excellent, pour les petits comme pour les grands. Je vous laisse avec quelques photos qui, malheureusement, ne rendent pas justice aux incroyables prouesses aériennes dont nous avons été témoins.

Poster un commentaire

Classé dans Quotidien