Archives mensuelles : octobre 2015

Un point sur les zinzins…

Cela fait un sacré bail que je n’ai pas posé ici par écrit les acquisitions et changements survenus dans le comportement de nos deux enfants. Tellement longtemps que je n’arrive pas à remettre la main sur le dernier article qui leur était consacré à tous les deux… Bref, c’est parti pour un petit point en vrac sur nos deux inséparables!

  • Gabriel a percé sa deuxième canine en bas à droite ce qui monte à 10 son nombre de dents sorties. On tient le bon bout! On en est à la moitié…
  • A 3 ans et demi, Eléonore a demandé pour la première fois à son père : « Comment les bébés rentrent dans le ventre de leur maman? C’est la maman qui les mange? »… La naissance de sa petite cousine E. quelques jours auparavant n’était sans doute pas étrangère à ce questionnement existentiel.
  • Toujours à propos de questions existentielles, Eléonore me demande depuis plusieurs jours où j’étais quand j’étais petite. Dans quelle maison j’habitais, si j’allais à l’école, avec qui je jouais… Elle me pose les mêmes questions à propos de son père et ne comprend d’ailleurs pas très bien pourquoi je ne connaissais pas son papa quand nous étions tous les deux petits. Hier soir elle m’a demandé où ELLE était quand j’étais petite. Un dialogue qui peut se résumer ainsi :

« Maman, où j’étais quand t’étais petite?

Ben tu n’étais pas encore née.

Mais j’étais où?

Mmmm, tu n’étais pas là.

Mais j’étais où?

Ben… tu n’existais pas.

T’as dit quoi?

Maman quand t’étais petite, on était dans notre maison avec Gabriel?

Euuuuh… »

Dur à comprendre certes. Mais dur à expliquer aussi!

  • Après de longues tergiversations, et comme j’en parlais ici, Gabriel est sevré depuis le début du mois. Cela s’est bien passé, et cela a sans doute été plus difficile pour moi que pour lui! Après deux-trois jours un peu hésitant, il avale maintenant sans sourciller son bib de 250 mL de lait chocolaté tous les matins.
  • Après nos 5 longues semaines de vacances entre France et Espagne le retour à la maison nous a fait, à tous, le plus grand bien. Nous avons repris un rythme journalier routinier, dans un environnement immuable et avec des activités rythmées en fonction du jour de la semaine. Je pense que cela a beaucoup apaisé les enfants qui ont pas mal souffert de la vie de nomades que nous leur avons fait vivre ces dernières semaines. S’en ressentent des nuits moins moisies (même si bon, avec les dents de Gabriel…), et des crises moins nombreuses et moins violentes du côté d’Eléonore. Même si les caprices et les crises sont toujours là et peuvent débouler à l’improviste, Eléonore rentre dans un âge où le discours que nous lui tenons peut commencer à l’atteindre et où il est possible de la faire réfléchir sur son propre comportement et les conséquences de ses actes.
  • Ce retour à la maison a donc été l’occasion de nous recaler dans un rituel de fin de journée minuté, et dont le caractère répétitif semble satisfaire le besoin de stabilité des tout-petits. Planning de la fin de journée :

18h00 : super Daddy est rentré du travail et met la marmaille à la douche.

18h30 : G. commence à manger avec son père pendant que je finis de préparer le dîner.

18h45 : nous passons à table avec E. tandis que G. finit de boulotter son fromage ou son dessert.

19h00 : G. sort de table et vaque à ses occupations. La principale étant de venir goûter à tout dans nos assiettes!

19h15 : tout le monde sort de table et on peut partager encore quelques minutes de jeux en famille.

19h30 : G. monte se coucher avec son père. La couche, les dents, une histoire, une berceuse et au lit. Et je dis avec son père car après plusieurs essais nous avons constaté que G. pleurait dès que c’est moi qui le couche alors qu’il ne dit rien avec son père… S’endormir sans pleurer, ça c’est inédit jusqu’à présent avec lui!

19h45 : E. monte à son tour sur le même mode: pipi, les dents, tressage de cheveux, une histoire (bon OK, deux!…), un câlin et au lit.

20h : les enfants dorment à poings fermés, les parents peuvent aller se coucher souffler. Alléluia!

  • Eléonore a retrouvé avec plaisir le chemin du leikkipaikka. Pas un regard en arrière, une humeur au beau fixe et des jeux avec les copains/copines. La rentrée s’est passée sans heurts! Gabriel de son côté n’en peut plus d’attendre de la rejoindre. Tous les matins quand nous déposons Eléonore il fond en larmes et pleure jusqu’au retour à la maison… à tel point que l’adaptation se fera en fin de mois pour un démarrage début novembre!
  • Enfin nous avons repris avec grand plaisir le chemin de nos activités musique et cirque tous les trois. Eléonore était ravie bien qu’un tout petit peu timide au début. Gabriel était comme un poisson dans l’eau et a particulièrement apprécié les maracas à la musique, et les foulards et les balles en plastique au cirque. Idem pour les séances dominicales et familiales de bébé-nageur, tout le monde s’éclate!

3 Commentaires

Classé dans Famille, Quotidien

Holidays

Comme promis, un retour en images sur ces 5 belles semaines de vacances passées entre France et Espagne. Suite à un problème technique nous avons malheureusement perdu la première partie de nos photos prises en famille et entre amis en Bretagne…

Le Best Of des vacances commence donc immédiatement par notre séjour en Espagne avec ma belle-famille. 15 jours sur la Costa Dorada entre Sitges et Tarragone, soleil, barbecue, piscine, apéros, bains de minuit. Un condensé de farniente et de vie à la cool pour les enfants qui ont passé deux semaines à jouer dans le magnifique jardin ombragé de la villa.

Après un retour dans le Morbihan nous avons filé à la vitesse de l’éclair (ah non à la vitesse de la SNCF, soit avec un retard plus ou moins conséquent…) en Rhône-Alpes pour découvrir la nouvelle maison de ma grande soeur fraîchement installée en métropole après quelques années de vie tropicale. Crochet par l’Isère où nous avons raté à quelques jours près la dernière née pas pressée d’arriver des cousins-cousines Teglia. Enfin retour vers la région parisienne pour redécoller vers la Finlande.

Après avoir rempli nos coeurs de chaleur familiale et amicale, et nos estomacs de bonnes victuailles françaises, nous étions contents de retrouver notre home sweet home pour un nouvel automne finlandais. Et l’automne est décidément bien là. Après quelques jours d’adaptation à des températures pas si éloignées des températures que nous avons quittées en France, les choses sérieuses ont commencé et cette semaine la température matinale oscillait entre -3 et -8 degrés… Cela dit, le soleil radieux et le ciel sans nuages nous comblent malgré la fraîcheur de l’air, nous permettant d’engranger encore un peu de lumière avant le début d’un hiver aux journées courtes et, nous l’espérons, enneigées.

 

5 Commentaires

Classé dans Famille, Quotidien, Voyage

A bout.

A bout de patience. Cette relation si fusionnelle que j’aime tant était devenue parfois comme un enfermement, comme un esclavage. Comme si j’étais la seule personne sur terre à pouvoir te calmer lors de moments de grosses crises, tout particulièrement la nuit.

A bout d’envie. Des nuits cauchemardesques où la frustration de ne pas comprendre ce qui se passait et pourquoi tu n’étais pas capable de te rendormir sans t’être au préalable désespérement accroché à mon sein comme à une bouée de sauvetage, le disputait à la culpabilité d’avoir raté quelque chose et de devoir encore une fois céder pour grapiller quelques heures de sommeil devenu si précieux tant il est rare.

Une énième nuit apocalyptique, et un questionnement devenu comme une rengaine ces derniers mois, auront donc eu raison de ce lien si charnel entre nous. Bien évidemment je n’ai pas espéré un instant que la fin de l’allaitement serait la solution à toutes ces nuits pourries et que nous découvririons soudain un enfant capable d’enchaîner douze heures de sommeil non-stop.

Néanmoins, il me semble que c’était la meilleure chose à faire. Pour moi, pour toi, pour notre famille. Se séparer un peu, car on grandit, on s’individualise (et à 14 mois n’est-il pas grand temps?!…). Les quelques jours qui viennent de s’écouler nous laissent penser que nous avons bien fait. Un nouvel équilibre se met en place. Après de longues vacances par monts et par vaux le retour aux repères de la maison et de notre petite vie tranquille nous fait du bien à tous.

A bout de patience. A bout d’envie. Mais pas à bout d’amour.

Cet amour si fort qui perdurera contre vents et marées. Contre le manque de sommeil. Contre l’incompréhension et les interrogations. Contre les frustrations de penser toucher du bout du doigt un équilibre et de devoir se rendre à l’évidence qu’il faut à nouveau tout (ou presque) remettre en question. Cet amour qui nous porte dans les sourires, dans les regards, dans ces bisous claquants que tu distribues sans compter tout au long de la journée. Cet amour qui fait que, même si cela a été douloureux pour moi, même si je n’imaginais pas que cela se finirait comme ça, ce sevrage est juste la fin d’une belle et merveilleuse aventure qui va maintenant nous amener vers d’autres horizons.

Ce texte me trotte dans la tête depuis plusieurs jours. J’ai longuement hésité avant de le publier tant il touche à notre intimité. Finalement j’ai eu envie d’en garder une trace ici. Tout cela fait partie de notre vie et je ne veux pas l’oublier. Et je me dis, sans prétention aucune, que si un jour il peut servir de témoignage pour montrer que la fin de l’allaitement, même s’il ne se passe pas comme on l’avait imaginé, n’est pas un échec alors j’aurais eu raison de le partager. Tout ça est seulement le début d’une relation ré-inventée, toujours aussi forte et porteuse d’amour.

 

4 Commentaires

Classé dans Famille

Jardinage automnal

Nous voilà de retour à la maison après 5 semaines dans le sud de l’Europe 😉

Très bientôt un article, et surtout des photos, pour vous raconter nos vacances. En attendant, nous avons profité aujourd’hui d’une belle journée d’automne pour préparer notre jardin pour l’hiver.

En notre absence l’herbe poussât, les fleurs fanèrent et les feuilles mortes des bouleaux tombèrent. Armés de nos râteaux, brouette, pelle et autres dispositifs extérieurs d’aide au jardinage (a.k.a les enfants), nous passâmes donc une bonne heure et demie à jardiner dans la douceur relative de cet après-midi finlandais du début du mois d’octobre.

 

2 Commentaires

Classé dans Famille, Quotidien