Archives mensuelles : décembre 2015

Noël – édition 2015

Cette année, pour la troisième fois depuis notre arrivée ici, nous sommes restés fêter Noël en Finlande. Quelques jours hors du petit train-train quotidien, les « vacances » pour les enfants qui ont fait leur dernière matinée de 2015 au leikkipaikka le 23 décembre (retour le 11 janvier), un long week-end pour SuperDaddy qui a profité de Jouluaatto, Joulupäivä et Tapaninpäivä soit 3 jours fériés pour se reposer jouer avec les enfants à la maison, un dîner de réveillon festif et des cadeaux toujours plus nombreux au pied du sapin.

Merci à tous ceux qui nous ont tant gâtés! En espérant que chez vous les festivités aient été douces, belles, gourmandes, joyeuses, chaleureuses et entourées de ceux que vous aimez. See you in 2016!

1 commentaire

Classé dans Famille

Winter solstice

Une des questions qui revient le plus lorsqu’on me demande comment se passe la vie en Finlande est : « C’est comment l’hiver là-bas ? Vous ne voyez pas le soleil pendant deux mois ? »

Désolé de briser vos fantasmes mais le soleil ici, à Turku, continue de se lever même au solstice d’hiver. Par contre il vrai que cette saison est marquée par une certaine sombritude ambiante. Le soleil se lève tard, s’élève péniblement au dessus de l’horizon (même à son zénith) puis se couche tôt dans l’après-midi. Ajoutez par la dessus une météo toute en nuages et pluie et vous avez une atmosphère parfaite pour un clip de doom metal (dont les finlandais raffolent, donc c’est raccord).

Hier cependant, le soleil nous a fait l’honneur de montrer sa face. J’ai donc tout naturellement empoigné mon appareil photo pour vous livrer un petit reportage sur « La luminosité diurne dans le sud-ouest de la Finlande au solstice d’hiver ». Au passage j’en profiterai pour développer quelques photos de l’astre afin de me les coller en patch histoire de tenir le coup jusqu’en mars sans Prozac. Et si j’ai le temps je changerai le titre de mon reportage.

Notre histoire commence un beau matin, à Turku (latitude 60,4°N). Il est sept heures quarante et la nuit commence à céder du terrain. Le ciel est dégagé et la clarté de l’aurore a chassé les dernières étoiles. Seuls Vénus et Jupiter s’accrochent encore à la voûte céleste avant de disparaître… à l’instar du lyrisme un peu cliché de ce paragraphe.

20151123_074350

7h40 – Côté Sud – La photo donne une fausse impression de clarté. En vrai il fait encore très sombre.

Aux alentours de huit heures on devine que quelque chose tente péniblement de dissiper les ténèbres… mais quelque chose de timide. Entre huit et neuf le ciel passe lentement du bleu nuit profond au bleu nuit moins profond. La preuve ci-dessous avec un cliché pris à 9h15. La luminosité sur l’image est aussi fidèle à la réalité que possible. Notez tout de même qu’il s’agit de la portion nord du ciel.

DSC06332

9h15 – Côté Nord – C’est pas franc du collier

Côté Est à la même heure : l’épicentre du phénomène :

DSC06333

9h15 – Sud-Est – Ah, il semblerait qu’il se passe quelque chose ici.

Bien. Il est neuf heures passées et si je voulais lire un livre dehors je pourrais certainement le faire -sans me ruiner la rétine- s’il n’y avait pas une forêt entre la source de lumière et moi. Faisons maintenant une ellipse et propulsons-nous une heure plus tard pour voir comment les choses ont évolué.

Dix heures vingt, le soleil a enfin percé l’horizon. Enfin je devine, parce qu’il y a comme un petit problème avec l’horizon en Finlande : 78% de la surface du pays étant occupée par la forêt, lorsque vous cherchez l’horizon il a vachement de chance pour qu’il y ait une rangée d’arbres devant. En somme je peux dire qu’à 10 heures 20 le soleil à dépassé l’horizon, mais pas la cime des arbres.

DSC06341

10h20 – Mais laissez-moi voir ce soleil bordel !

Un peu plus tard nous réussissons à trouver un espace où les arbres n’obstruent plus l’horizon, et là paf, c’est l’overdose instantanée de vitamine D.

61853220

DSC06346

10h25 – On sentirait presque les vents solaires tellement c’est puissant. (NB : pour que la photo ne ressemble pas à un monochrome de Whiteman j’ai dû utiliser des réglages qui assombrissent énormément la luminosité ambiante. Le but du photographe était de montrer au mieux la position du soleil dans le ciel).

Le bilan de cette matinée c’est que le soleil a mis environ 3 heures pour passer de vague lueur lointaine à « je dépasse l’horizon (et les arbres) ». A cette période de l’année la matinée entière semble être une aurore poussive et paresseuse. Et ça c’est quand il fait beau. Par temps couvert on dirait juste que le ciel est éclairé par une ampoule basse consommation 45 W qu’on vient d’allumer.

Mais soyons honnête, une fois le soleil levé la luminosité est fort agréable et pas franchement différente ce celle que l’on connaît en France à la même saison. J’en veux pour preuve ce cliché pris à 13 heures, soit au zénith. Les plus observateurs d’entre vous ne manquerons pas de noter l’ombre de 50 mètres de long qui engloutit littéralement le quartier et qui est due à :

  1. Un nuage
  2. Une montagne
  3. La forêt… toujours la forêt
  4. Un immeuble de 4 étages
DSC06348

13h00 – Nord – Il fait beau

Je trouve qu’il y a une certaine ironie dans cette photo si on considère que l’ombre de la forêt (oui, pour ceux qui n’ont pas suivi c’était la réponse 3) se termine tout juste au pied de l’autre forêt. Le quartier étant plus ou moins ceint d’arbres on se retrouve -à cette période de l’année- dans une cuvette qui ne reçoit plus la lumière du soleil. Le soleil est en fait tellement bas dans le ciel qu’un simple Playmobil projette une ombre de la taille d’un bus. Bas comment, vous demandez-vous ? Bas comme ça :

13h00 - Sud - Ah oui, c'est très très bas

13h00 – Plein Sud, au zénith – Ah oui, c’est assez bas tout de même

J’ai fait des petites recherches sur la mesure du zénith et, sur la photo précédente, le soleil se situe à environ 6° au dessus de l’horizon. Le même jour à Paris, au zénith on pouvait voir un concert de Patrick Bruel le soleil culminait à 17° au dessus de l’horizon, soit à la louche, trois fois plus haut. Pour le respect de la parité je me dois de préciser qu’à Marseille cette mesure était de 23°.

DSC06357

13h01 – Des p’tits bouleaux d’hiver

Après le zénith les choses s’accélèrent car il ne faut pas longtemps au soleil pour redescendre sous les arbres (puis l’horizon). La diminution de luminosité se fait ressentir dès  14 heures 30. A 15 heures la lune est parfaitement visible dans le ciel qui a commencé à prendre une teinte crépusculaire.

15h00 - Façade Est - Mais pourquoi un parking ?

15h00 – Façade Est – Mais pourquoi un parking ?

D’après les services météorologique officiels le coucher de soleil a eu lieu à 15h20. Et c’est non sans une certaine fierté que je peux dire « j’y étais ». Avec mon appareil photo braqué vers l’ouest en ce jour le plus court de l’année, à l’heure précise où le disque solaire disparaissait sous la ligne d’horizon…

DSC06364

15h19 – Sud-Ouest – Admirez la majesté de ce lampadaire

Le crépuscule traîne un peu et vers 16 heures la nuit commence doucement. Les étoiles s’allument progressivement dans le ciel et la nuit devient totalement noire aux alentours de 17 heures. Mais ça, c’est quand il fait beau…

5 Commentaires

Classé dans Quotidien

Inséparables

Quelques jours avant la fin de l’année 2015, j’avais envie de faire le point sur nos deux trublions…

  • J’ai perdu le compte des dents de Gabriel. Il faut dire qu’elles se sont succédées à un rythme assez effrené ces dernières semaines… et qu’il ne nous laisse plus trop farfouiller dans sa bouche pour refaire le compte. Toujours est-il que plusieurs pré-molaires sont sorties et l’aident désormais à manger presque tout comme nous. Ce qui me simplifie grandement la tâche dans la préparation des repas! Au dernier décompte en novembre dernier, Gabriel avait 12 dents de percées, ce qui était déjà bien supérieur au score de sa sœur au même âge qui en comptait « seulement » 9!
  • L’adaptation au leikkipaikka pour Gabriel est maintenant bel et bien achevée. Après une période un peu délicate où il pleurait pas mal, il est désormais ravi de s’y rendre. A la descente de la poussette il attrape très sérieusement son petit sac à dos, le serre fort contre son cœur et suit vaillamment sa sœur pour rentrer dans le parc. Janna la responsable (ou « Nanna » selon Gabriel) est toujours aussi contente de le voir, et aux câlins et rigolades que je surprends entre eux, je crois pouvoir dire qu’elle doit avoir un petit faible pour mon cadet 😉
  • Mis à part le leikkipaikka, nos autres activités sont toujours autant appréciées. Musique, cirque et séances de bébé-nageurs font le bonheur de nos enfants.Et de leurs parents! Eléonore et Gabriel sont bien familiarisés avec les lieux et les intervenants. Aino et Helena nous enchantent tous les mercredi matin au teatteri, séances que les enfants se font d’ailleurs un plaisir de reproduire à la maison à grand renfort de « tapé dans les mains » et de comptines baragouinées en finnois (pour Eléonore). Au cirque c’est la douce Inari qui remporte tous les suffrages auprès de mes deux excités qui se disputent ses faveurs pour s’exercer aux différentes acrobaties. Enfin à la piscine c’est Sari qui nous fait plonger! Lors de la dernière séance nous avons eu la surprise de découvrir la présence d’un photographe, qui vient deux fois par an environ faire des photos des différents groupes. Lors de la dernière séance photo en juin dernier, j’étais restée à la maison veiller sur Gabriel qui était fiévreux alors qu’une Eléonore un peu effrayée par cet inconnu, malgré tous les efforts de son père pour la rassurer, faisait tout ce qui était en son pouvoir pour échapper à l’objectif du photographe… Cette fois-ci nous avons réussi à la décoincer (un peu) et Gabriel, que rien n’effraie ou presque, s’est prêté avec plaisir au jeu des photos (sub)aquatiques. Nous devrions donc pouvoir vous montrer quelques clichés prochainement.
  • Côté nuits et sommeil nous nous estimons heureux ces derniers jours, voire semaines. Je prends le risque de nous porter la poisse… mais Gabriel dort bien! Il s’endort en même temps qu’Eléonore vers 20h et dort sans interruption (sauf épisode exceptionnel souvent lié à des douleurs dentaires) jusqu’à 7h15 environ. Autant dire qu’après presque un an et demi de nuits hachées et beaucoup trop courtes, on souffle!
  • Eléonore et Gabriel jouent de plus en plus ensemble à la maison. Ils sont maintenant capables de passer un bon moment à jouer tranquille (ou a faire un chahut raisonnable…) dans leur chambre ou dans le coin-jeux du salon. Certains soirs nous les entendons même profiter du fait de partager leur chambre pour grapiller quelques minutes de jeux après le coucher: Gabriel, prisonnier de son lit à barreaux, et Eléonore accroupie devant le lit de son frère et qui lui chuchote des histoires ou lui passe ses peluches. Avant de rejoindre tranquillement sa couette et que chacun s’endorme gentiment dans son petit lit respectif. Ces moments-là font réellement fondre mon cœur de maman…
  • Bien évidemment ces deux inséparables sont aussi parfois deux insupportables qui se chamaillent sans cesse, crient, pleurent, se bousculent et se disputent pour un jouet ou un livre… La nouveauté étant que Gabriel n’est désormais plus seulement la « victime » de sa sœur ainée mais maintenant à égalité le « bourreau » d’Eléonore qui doit encaisser les démolitions volontaires de Duplo patiemment construits ou les arrachages décidés de livres des mains… Les fratries hein?…

En bonus photo, une image de ces moments de tendresse entre frère et sœur lorsque que Gabriel prend son biberon du soir et que sa sœur l’enlace en lui susurrant « mon roudoudou que j’aime de toute ma vie »

DSC06324

5 Commentaires

Classé dans Famille

Itsenäisyyspäivä

Aujourd’hui 6 décembre, la Finlande célèbre son indépendance. La Finlande est une nation très récente puisque la déclaration d’indépendance de la Finlande fut adoptée par le Parlement le 6 décembre 1917. Cette déclaration établit la souveraineté du pays au regard de la Russie et rompt donc les obligations de la Finlande liées au statut de Grand-Duché de l’empire Russe.

Si l’indépendance officielle fut déclarée au milieu de la révolution russe, le tsar Nicolas II avait déjà accordé de nombreuses libertés aux finlandais depuis le début du siècle. En 1906 le tsar accorde par exemple le droit de vote aux femmes en Finlande. La Finlande obtient également une reconnaissance internationale symbolique en étant autorisée en 1912 à participer aux Jeux Olympiques de Stockholm sous ses propres couleurs et non sous les couleurs de la Russie.

Suite à la déclaration d’indépendance débute la guerre civile finlandaise entre les Rouges, partisans soutenus par le pouvoir soviétique russe, et les Blancs, forces officielles du sénat conservateur et soutenues par l’Allemagne. Les troupes gouvernementales blanches menées par le célèbre général Mannerheim finissent par remporter la guerre civile contre les Rouges lors de la bataille de Vyborg le 30 avril 1918. Après l’existence très courte du royaume de Finlande, monarchie constitutionnelle ayant pour roi un prince allemand puis Mannerheim pour régent, la Finlande adopte sa constitution républicaine le 17 juillet 1919.

Et si vous souhaitez vous rafraîchir un peu la mémoire concernant l’histoire de la Finlande, je vous conseille de relire cet article!

Hyvää itsenäisyyspäivää!

 

Poster un commentaire

Classé dans Histoire