Le Finnois en Pratique #1

Je démarre ici une nouvelle rubrique linguistique qui sera consacrée à l’étude de cas pratiques. Le concept sera d’y analyser des phrases issues du quotidien dans le but de mettre en applications les règles précédemment étudiées, mais aussi et surtout d’apprendre des petites choses intéressantes qui ne nécessitent pas forcément une leçon à part entière. Décortiquer le finnois est un exercice que je réalise quotidiennement et que je trouve assez ludique (quoique difficile). Cela permet d’aborder l’apprentissage de façon plus interactive que de lire des leçons et les petites choses que l’on peut en retirer (notamment le vocabulaire) se retiennent sans trop d’effort.
Mais assez préambulé, passons directement au cas du jour :

20160309_071813[1]Pour vous donner un peu de contexte (c’est importrant le contexte) sachez que ceci est une brique de lait.

On va commencer très simplement par la première partie : Maitoa Suomesta.

Maito signifie « lait ». L’ajout du -a final est la marque du partitif sungulier puisqu’il s’agit ici d’une entité indénommbrale. Ce partitif est une notion qui est très difficile à traduire ou à exprimer en français. Si je devais m’y risquer je dirais qu’en français cela se retrouverait dans l’emploi de l’article indéfini « Le ». On ne parle pas d’un lait, mais du lait (de le lait donc).

Suomesta. Le premier indice qui permet de deviner ce mot c’est la terminaison -sta  typique de l’élatif qui indique donc une provenance. C’est donc du lait de quelque part. On remarque ensuite que Suomesta est écrit avec une majuscule et on devine alors aisément qu’il s’agit de l’élatif du mot Suomi (= Finlande). En effet l’élatif se construit avec la racine génitive du mot  + le suffixe –sta (ou –stä). Le génitif de Suomi est suomen, on enlève le -n final pour obtenir la racine : Suome-. Suomesta = de Finlande.

Maitoa Suomesta = Le lait de Finlande.

Passons maintenant aux choses sérieuses avec la phrase : Koska suomalaiset lehmät ovat maailman parhaita.

La première chose à faire devant une phrase qu’on ne comprend pas d’emblée, c’est de repérer le sujet. En finnois le sujet est le plus souvent au nomminatif, ce qui le rend assez facile à identifier. Ici c’est un cas d’école puisque quiconque ayant un minimum de vocabulaire en finnois aura repéré le mot lehmät, qui signifie « vaches ».
On remarque ensuite que le substantif lehmät est précédé d’une adjectif qui, comme le nom qu’il qualifie, est au nomminatif pluriel : suomalaiset. Au nomminatif singulier le mot est suomalainen et il signifie « finlandais ». Le suffixe -lainen est utilisé en finnois pour construire des mots désignant les habitants d’un lieu. Ca marche bien sûr avec tous les pays (Ranskalainen, Algerialainen, etc…) mais plus largement avec n’importe quel lieu : kaupunkilainen (citadin/citoyen), metsäläinen (habitant de la forêt).

A ce niveau nous avons donc identifié notre sujet : suomalaiset lehmät = les vaches finlandaises. Il faut maintenant trouver le verbe. C’est une étape que je trouve souvent difficile car si je connais un bon nombre de noms et d’adjectifs je dois admettre que mon vocabulaire verbique est pauvre. Bon, ici c’est assez simple. En fait on pourrait difficilement faire plus simple puisqu’il s’agit du verbe olla (= être), à la troisième personne du pluriel au présent, ce qui donne : ovat. Alors où en sommes-nous à présent ?

Koska
…les vaches finlandaises sont… maailman parhaita.

Je vais la faire courte pour koska car je ne connaissais pas ce mot. J’ai donc tout simplement ouvert mon dictionnaire (en papier s’il vous plaît). Koska signifie « parce que ».

On a donc : Parce que les vaches finlandaises sont… maailman parhaita.

Cette fois-ci je vais commencer par vous donner la traduction puis nous verrons la construction après: maailman parhaita signifie « les meilleures du monde ». Lorsqu’on lit « … du monde » on doit tout de suite penser au génitif. Souvenez-vous l’exemple « les oreilles du chat » -> kissan korvat. Le mot au génitif  se place toujours avant le nom qu’il qualifie. Maailma signifie « monde ». Sa construction au génitif est on-ne-peut-plus régulière et donne donc maailman.
Parhaita est déjà un peu plus complexe. Il s’agit du mot paras au partitif pluriel. Paras est un adjectif qui signifie « meilleur ». Et si je dis que le cas est un peu complexe c’est parce que je suis incapable de vous expliquer pourquoi il est ici au partitif pluriel. Plus précisémemt, pourquoi il est au partitif (parce que le pluriel est en fait logique vu qu’il qualifie un nom au pluriel). Mais vous savez quoi ? L’ironie, c’est que lorsque je demande à des finlandais de m’expliquer ce cas, ils ne sont pas plus avancés que moi et la réponse que je reçois systématiquement est: « parce que c’est comme ça ».

 

8 Commentaires

Classé dans Linguistique

8 réponses à “Le Finnois en Pratique #1

  1. Christian

    Bonsoir Miko,
    Quel plaisir de retrouver ta rubrique linguistique pour aller toujours de l’avant dans la découverte de cette langue hors norme, dans le glacis des autres langues européennes voisines ! Avec un nouveau voyage à la clé cet été en Finlande, j’entends poursuivre mes petits entraînements réguliers avec la méthode Assimil (leçon 95 !!) pour me familiariser toujours plus avec la syntaxe et la compréhension des cas locatifs et autres. Avec mon épouse, nous nous offrons à nouveau une petite escapade du 13 au 19 juillet à Helsinki et 2 jours à Jyväskylä pour visiter les lieux et écouter Jarkko Ahola dans son  » My Way Tour  » (je suis fan, il m’a fait aimer la langue dans sa dimension chantée). Bien sûr, l’anglais reste la grosse roue de secours pour communiquer mais, déjà l’environnement de l’écrit (pubs, annonces…) me devient familier.
    Avant de se quitter, je te propose une question pour comprendre l’emploi d’un cas concernant un mot précis employé dans deux phrases différentes présentées dans la méthode.
    1) Kulta, oletko valmis ? (Chérie, es-tu prête ? )
    2) Onko teillä jo illalinen valmiina ? (Est-ce que votre dîner est déjà prêt ?)
    Comme le finnois ne connaît pas le genre et que le mot a été employé au singulier, pourquoi valmiina au lieu de valmis ? D’avance merci si tu peux m’éclairer. Amitiés. Et « Hyvää yöta « . Christian R à Barjols dans le Var

    • Miko

      Bonjour Christian. je ne peux malheureusement pas t’éclairer ici. Tout ce que je peux te dire c’est que la forme valmiina correspond à de l’essif. Maintenant je suis bien incapable d’expliquer ce que fais l’essif dans cette phrase. Je demanderai, mais comme souvent j’ai bien peur que la réponse soit décevante.

      • Miko

        Contre toute attente j’ai obtenu une réponse assez détaillée et satisfaisante à ta question.
        La phrase Onko teillä jo illallinen valmiina? a en réalité une signification légèrement différente de ce que suggère la traduciton française.
        Elle ne s’utilise pas pour demander à des personnes si leur dîner est déjà prêt (au sens où il aurait été préparé/cuisiné). Cette phrase s’utilise lorsque vous entrez dans un restaurant et demandez s’ils servent déjà le dîner. A la lumière de cette nouvelle traduction tout les éléments prennent sens. Onko teillä signifie littéralement « avez-vous », et ne peut donc pas se traduire par « est-ce que votre ». Enfin, l’utilisation de l’essif (valmiina) devient logique puisque le mot véhicule plus une notion de temporalité que d’état. On ne demande pas si le dîner est prêt mais si son service a commencé.
        Pour compléter ma réponse j’ajouterai que la phrase « Mon dîner est-il prêt ? » se traduit en finnois Onko minun illalliseni jo valims?

  2. Jacques

    Bonjour à tous,
    Moi aussi je m’interroge sur la forme « parhaita » et voici ce que je trouve dans la grammaire de Fred Karlsson p. 306-307 chapitre « Comparison of adjectives » où est donnée en exemple la phrase suivante: « Satu on parhaita ystäviäni » traduit par « Satu is one of my best friends ».
    En présentation de cette liste d’exemples – dont celui cité ci-dessus – il est précisé: The partitive singular forms here are paras/ta or parha/in/ta respectively.
    In context the superlative forms fonction like ordinary adjectives.

    Evidemment ceci ne répond pas vraiment à la question « pourquoi un partitif » mais si l’on s’en tient à ce qui est dit dans le chapitre 8 de cet ouvrage en présentation générale du partitif on lit ceci:  » The partitif often expresses an indefinite, non limited quantity of something, allowing the possibility that more of this may exist. »
    Dans l’exemple cité de « Satu », il est précisé qu’il est « un » des meilleurs amis de celui qui parle ce qui donc n’exclut pas qu’il y en ait d’autres. Faut-il alors imaginer que les vaches finlandaises dont il est question soient les meilleures parmi d’autres? La question reste posée mais au moins on s’amuse 🙂

    • Miko

      Merci beaucoup pour ces précisions Jacques. Je demanderai à des finnophones si la phrase : Suomalaiset lehmät ovat maailman parhaat aurait le même sens. Je vous tiendrai au courant.

  3. Miko

    J’ai demandé à plusieurs personnes (on n’est jamais trop prudent…) et voici ce qui en ressort.
    La phrase Suomalaiset lehmät ovat maailman parhaat est grammaticallement incorrecte. L’emploi du partitif est donc nécessaire. Je n’ai malheureusement pas obtenu d’explication quant au pourquoi de cette règle. La seule hypothèse qui semble se détacher est que le partitif est requis par la présence du verbe olla. Notez que c’est également le cas dans votre exemple Satu on parhaita ystäviäni.
    Pour aller un peu plus loin nous avons inversé la phrase Suomalaiset lehmät ovat maailman parhaita et ça donne :
    Maailman parhaat lehmät ovat suomalaisia.
    Paras est devenu épithète de lehmät et suomalainen est devenu attribut. On voit alors que le cas de l’épithète et de l’attribut sont restés inchangés puisque suomalaisia est bien au partitif pluriel.
    Enfin, pour bien montrer que la dichotomie parhaat/parhaita n’est pas une question de sens dans cet exemple, nous avons remplacé l’attribut maailman paras par punainen. La phrase devient :
    Suomalaiset lehmät ovat punaisia.
    J’espère que ça répond à votre question.

    • Jacques

      Merci beaucoup pour ce complément d’information. Je vais recouper avec ma grammaire pour mieux assimiler la chose mais c’est très clair pour moi 🙂
      PS: bien que j’aie coché les cases pour l’avertissement de nouveaux articles ou commentaires le système ne fonctionne visiblement pas car je ne reçois jamais d’avertissement des mises à jour. 🙂

  4. Nickson-Fujiwara

    Merci encore pour tes cours ils sont énormément utile !
    Je connaissais « Koska » ! Alors que je viens tout juste de commencer mon apprentissage du finnois, alors j’étais content ! Aha !

    Pour l’utilisation du partitif dans « Parhaita », j’ai ma petite théorie !
    Je penses que mieux que « Meilleur », serait « Parfait » et donc « Meilleur » c’est le fait d’être « partiellement parfait », c’est en fait le « Parfait » par défaut.

    > Par exemple dans un échantillon donné, l’on souhaiterait obtenir des résultats éteignant le 10/10 mais finalement, les meilleurs résultat sont de 9/10 c’est donc « partiellement parfait », tout en étant les meilleurs !

    Que ce soit vrai ou faux, je penses tenter de le retenir comme ça jusqu’à ce que mon explication se heurte à un mur ! ^^

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s