Some days to remember

Beaucoup de choses se sont passées en une semaine : j’ai survolé l’Atlantique deux fois, le soleil a projété l’ombre de la lune sur mon visage (ainsi que sur une bonne partie du continent Américain), la Finlande a mis ses drapeaux en berne en réponse à la folie humaine et un diplôme m’a été remis.

Commençons donc logiquement par la fin.

Presque 5 ans jour pour jour après avoir débuté mes travaux de recherche dans le groupe de recherche du professeur Salminen me voilà récompensé par le diplôme de Docteur en Philosophie (plus connu sous le nom de PhD en anglais). J’ai soutenu ma thèse le vendredi 18 août à midi, devant public et face à mon opponent (sorte d’examinateur): le professeur Garry Waghorn, venu spécialement de Nouvelle-Zélande pour l’occasion. La soutenance s’est très bien passée et ce fut un moment fort agréable comme en témoignent les sourires sur les photos. La troisième photo en dit long sur le caractère de ce bonhomme de 67 ans. En dehors de la soutenance j’ai eu l’occasion de passer beaucoup de temps avec Garry lors de nos petits déjeuner, apéros et autres convivialités (dûs au fait que nous résidions dans le même hôtel) et je dois dire que je ne regrette pas de l’avoir choisi comme opponent. Car en plus d’être un spécialiste dans son domaine  (certains l’appellent légende vivante) il est un personnage hors du commun, débordant d’humour et d’anecdotes croustillantes collectées au cours de sa vie.

Après la soutenance la tradition veut que le nouveau docteur organise un dîner en l’honneur de l’opponent (et éventuellement pour célébrer son succès). En finnois cette soirée s’appelle karonkka.

Mon karonkka était donc prévu pour 19h dans un restaurant du centre-ville de Turku. Et c’est là que les choses ont commencé à devenir un peu surréalistes. Vers 17h je remonte dans ma chambre après avoir passé une heure de détente (méritée) dans la piscine de l’hôtel et en jetant un oeil à mon téléphone je vois un déluge de messages qui m’apprennent qu’un homme vient de poignarder des passants sur la place du marché. Les informations officielles sont alors très parcellaires, les informations non-officielles (Twitter, Facebook) sont complètement folles. On ne sait pas s’il s’agit d’une attaque isolée, d’un acte terroriste, s’il y a plusieurs agresseurs. Les seules informations que la police laisse filtrer est : le suspect a été appréhendé ; évitez le centre-ville jusqu’à nouvel ordre. Sans parler du choc de savoir que le drame s’est déroulé dans une ville que j’ai toujours considérée comme un havre de paix (à fortiori sur la place sur laquelle je me trouvais la veille), cette nouvelle vient sévèrement perturber le déroulement de la soirée à venir. Vers 19h cependant, la police fait une annonce : le centre-ville est sûr. S’ensuit quelques discussions avec mes hôtes pour savoir si tout le monde se sent prêt à aller au restaurant (situé à une centaine de mètres de la place du marché). Après quelques hésitations la confiance dans les forces de police locales finit de dissiper les dernières réticences de certains, et c’est avec seulement trois quarts d’heure de retard que le soirée démarre.

Même si cet événement a peut-être pesé dans les esprits de certains convives ce ne fut pas mon cas et j’ai passé une excellente soirée (pas de photos pour l’instant malheureusement, mais je pense en récupérer bientôt).

Et c’est donc dimanche matin que j’entamai mon retour vers l’Amérique, via Helsinki, Stockholm puis New York city. N’ayant pas trouvé de moyen de transport pour Ithaca le dimanche soir j’ai dû prendre une nuit d’hôtel à Manhattan. Mon bus pour Ithaca ne partant qu’à 17h le lundi cela me laissait plusieurs heures pour silloner Big Apple. Les astres s’étaient très litérallement alignés pour rendre cette visite mémorable puisque j’ai pu observer l’éclipse depuis Central Park (que j’arpentais pour la première fois de ma vie). Ne disposant que de quelques heures à Manhattan j’avais décidé de me limiter à une visite de Central Park (il me fallait de toute façon une bonne demi-heure de marche pour m’y rendre). Les dimensions du parc dépassent très largement l’image mentale que je m’en étaits construite. Avec ses 4km de long sur presque 1km de large il faut un bout de temps pour en faire le tour à pieds. J’avais du temps, une bouteille d’eau, le soleil sur ma nuque et l’esprit léger, aussi avais-je décidé d’y errer au gré de mes envies, sans autre but que celui d’être émerveillé. Lorsque l’éclipse a démarré je commençais tout juste mon retour vers l’hôtel. N’ayant pas pu me procurer de dispositif pour observer le phénomène sans brûler mes rétines je me suis contenté de solliciter les passants pour emprunter leur lunettes pendant quelques secondes. J’ai ainsi voleté de groupes en groupes, échangeant quelques mots avec les autochtones dans Central Park et le long de la 8ème avenue.

Alors que ce soit bien clair, Manhattan ressemble pour moi un peu à l’enfer. Y circuler à pieds est pénible car vous ne pouvez pas faire 100 mètres sans devoir vous arrêter à un passage piéton. Je n’y ai pas circulé en voiture mais cette simple idée me donne envie de m’ouvrir les veines avec une feuille de papier. L’odeur y est par endroit insupportable et la ville semble perpétuellement en travaux tant il y a d’échaffaudages. Mais au milieu il y a ce joyau qu’est Central Park. Le parc a ceci de génial qu’il est fait pour les gens. Ce n’est pas un jardin botanique où la moitié des pelouses sont interdites. A part dans certaines zones boisées qui servent de refuge pour les animaux tout le parc est à disposition des citadins : les rochers, les petits chemins cachés, vous pouvez aller partout, explorer, vous perdre. J’y ai passé un moment magique que l’éclipse a rendu encore plus inoubliable.

4 Commentaires

Classé dans Famille, Turku, Voyage

4 réponses à “Some days to remember

  1. Nimi

    Encore Félicitations Doc !!! Effectivement cette soutenance restera inoubliable pour maintes raisons !! Plein de bisous de nous trois !

  2. Marie-Noëlle TEGLIA

    Congratulations to my dear son-in-law! Tu avais une belle cravate et un joli chapeau… Mais je croyais que tu préparais un doctorat de chimie et pas de philosophie!See you very soon!

  3. jéjé&pilipon

    bravo cousin!!tu avais un beau costume et en imposait dis donc!!encore félicitations.
    gros bisous à vous 5.

  4. caroline baert

    Nous n’avons traversé avec Clem qu’une partie de l’Europe(pas l’atlantique!) pour te soutenir et partager ce moment inoubliable, et qui restera gravé dans ma mémoire pour toutes les émotions que nous avons vécues .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s