Archives de Catégorie: Histoire

Turun Linna

Le château de Turku est probablement le lieu le plus connu et le plus visité de la ville. Et pourtant depuis 3 ans et demi que nous résidons à Turku, je n’avais encore jamais eu l’occasion d’aller m’y promener. La visite de mes parents le week-end dernier aura permis de réparer cette erreur. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous n’avons pas regretté notre matinée!

La construction du château de Turku remonte à la fin du XIIIème siècle, quand la Finlande était encore une région chrétienne. Les deux chapelles situées dans la partie médiévale du château présentent ainsi une collection de statues en chêne ou en bouleau datant des années 1400 et figurant divers saints patron et martyrs. Situé à l’origine sur un îlot (désormais relié au continent) à l’embouchure du fleuve Aura le château de Turku avait au départ une fonction défensive, sa position stratégique permettant de surveiller les allées et venues des navires se dirigeant vers la ville. Le château a connu plusieurs phases de construction et d’agrandissement dont les différentes étapes sont illustrées par une dizaine de très belles maquettes dans une des salles de l’étage.

Cette forteresse aux murs épais de plusieurs mètres par endroit, servit dans les premières années de prison comme en témoignent encore les geôles du sous-sol. Successivement magasin d’artillerie, résidence de nobles de la cour de Suède ou siège du gouvernement, le château connut son apogée au XVIème siècle lorsque la famille Vasa était au pouvoir. Le Duc Jean, fils de Gustave Vasa, en fit une de ses résidences et le château abrita des festivités royales à plusieurs occasions.

Après un incendie qui ravagea le château en 1614, celui-ci fut plus ou moins laissé à l’abandon même s’il continua à héberger diverses instances administratives ou à abriter quelques milliers d’armes. Le coup de grâce fut donné en 1941 lorsque le château fut bombardé par l’aviation allemande, ne laissant debout plus que les murs. La château fut finalement déblayé, reconstruit pierre après pierre, et restauré pendant une quinzaine d’années dans les années 1960, pour nous offrir aujourd’hui un monument massif et splendide.

Les parties « Médiévale » et « Renaissance » du château offrent une trentaine de salles à la visite, certaines vides, d’autres à peine meublées, mais toutes restaurées magnifiquement. Il est fort agréable de déambuler dans cette partie principale de la forteresse en prétendant revivre le quotidien des nobles et familiers de la cour royale.

A noter que le château de Turku, ainsi que d’autres monuments de la ville, a servi de lieux de tournage pour le film « The Girl King »  (« Tyttökuningas » en VO) du très célèbre réalisateur finlandais Mika Kaurismäki en janvier et février 2013. Le film au casting international (finlandais, canadien, français) et sorti en Finlande en décembre dernier, raconte l’histoire du règne de Christine de Suède reine dès l’âge de 6 ans et qui tenta d’imposer ses visions modernistes à la cour de Suède. Certaines salles du château présentent ainsi les costumes ou les objets crées par l’équipe du film et utilisés pour le tournage.

 

Enfin l’enceinte secondaire du château abrite le musée historique de la Ville et regorge de salles consacrées à l’histoire locale, à des collections d’armes, d’ameublement, de bijoux, etc… Nous sommes passés très vite dans cette partie du château qui à elle seule mériterait sûrement plusieurs heures de visite. Comme dans beaucoup de musées en Finlande, les enfants ne sont pas oubliés puisque la salle des Chevaliers du Château des enfants leur propose de se métamorphoser en chevaliers et princesses l’espace d’un instant. Des tas d’épées (en mousse!), de heaumes et d’armures, de hennins en feutrine attendent sagement que les plus petits s’en saisissent pour rejouer les épisodes de la cour royale.

En bref, un lieu très intéressant et définitivement à voir quand on passe à Turku. La visite exhaustive du musée demanderait certainement plusieurs jours tant le lieu est vaste et les objets qui y sont présentés nombreux. Mais une visite d’une paire d’heures vous permettra déjà de vous faire une bonne idée des lieux et d’apprécier cet endroit incontournable de la ville.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Turku

Itsenäisyyspäivä

Aujourd’hui 6 décembre, la Finlande célèbre son indépendance. La Finlande est une nation très récente puisque la déclaration d’indépendance de la Finlande fut adoptée par le Parlement le 6 décembre 1917. Cette déclaration établit la souveraineté du pays au regard de la Russie et rompt donc les obligations de la Finlande liées au statut de Grand-Duché de l’empire Russe.

Si l’indépendance officielle fut déclarée au milieu de la révolution russe, le tsar Nicolas II avait déjà accordé de nombreuses libertés aux finlandais depuis le début du siècle. En 1906 le tsar accorde par exemple le droit de vote aux femmes en Finlande. La Finlande obtient également une reconnaissance internationale symbolique en étant autorisée en 1912 à participer aux Jeux Olympiques de Stockholm sous ses propres couleurs et non sous les couleurs de la Russie.

Suite à la déclaration d’indépendance débute la guerre civile finlandaise entre les Rouges, partisans soutenus par le pouvoir soviétique russe, et les Blancs, forces officielles du sénat conservateur et soutenues par l’Allemagne. Les troupes gouvernementales blanches menées par le célèbre général Mannerheim finissent par remporter la guerre civile contre les Rouges lors de la bataille de Vyborg le 30 avril 1918. Après l’existence très courte du royaume de Finlande, monarchie constitutionnelle ayant pour roi un prince allemand puis Mannerheim pour régent, la Finlande adopte sa constitution républicaine le 17 juillet 1919.

Et si vous souhaitez vous rafraîchir un peu la mémoire concernant l’histoire de la Finlande, je vous conseille de relire cet article!

Hyvää itsenäisyyspäivää!

 

Poster un commentaire

Classé dans Histoire

Halloween

Je n’ai jamais aimé Halloween… encore une prétendue célébration sortie de nulle part (en tous cas pour nous autres français) il y a quelques dizaines d’années, prétexte à une nouvelle débauche d’achats en tous genres et le plus souvent inutiles. Une « fête commerciale » histoire de remplir les caddies des consommateurs quelques semaines avant la folie de Noël, fête religieuse et spirituelle sacrifiée sur l’autel de la surconsommation si l’en est. Bref, Halloween et moi ça a toujours fait deux.

Et puis cette année, sûrement parce que les enfants grandissent, même si pourtant les petits finlandais ne sont pas particulièrement soumis au diktat de la chasse aux bonbons halloweenesques, j’ai fini par me prendre un peu au jeu. A vrai dire, cela m’a pris hier en début d’après-midi pendant la sieste de Gabriel. Eléonore était pourtant sagement assise sur le canapé à regarder quelques dessins animés et n’avait en rien réclamé de préparer quoi que ce soit en rapport avec Halloween.

En Finlande Halloween (si on entend par là chasse aux bonbons et soirées costumées) n’est pas une fête particulièrement populaire. Dans les jours précédents Halloween on trouve bien évidemment dans les rayons des supermarchés les traditionnelles décorations à base de citrouilles, de sorcières et autres fantômes ainsi que les innombrables sachets de bonbons associés. Mais a priori les enfants n’ont pas pour habitude de se déguiser pour Halloween à l’école ou encore de faire le tour des maisons du voisinage pour récolter des sucreries. En fait il existe une occasion en Finlande où les enfants (surtout les filles) se déguisent, le plus souvent en sorcières, et passent de porte en porte avec leurs branches de bouleau décorées de rubans pour réclamer des bonbons et autres douceurs: c’est le dimanche précédant Pâques.

Mais revenons à nos citrouilles. Halloween, qui est aujourd’hui devenue une fête à connotation tellement commerciale, puise selon certains ses origines dans des rituels païens des pays celtiques, et en particulier dans la fête gaélique de Samhain. A la fin de la saison des récoltes, les paysans festoyaient une dernière fois avant l’arrivée de l’hiver et des mois les plus sombres de l’année. Une partie du festin était habituellement présentée en offrande aux divinités de la terre, afin d’attirer leur clémence pour les récoltes de l’année future. De même, on disait que les âmes des disparus rendaient visite aux vivants, recherchant ainsi la chaleur et l’hospitalité de leur ancien foyer.

D’autres préfèrent à penser que l’origine d’Halloween est indépendante de ces célébrations païennes et qu’elle prend sa source dans des rites chrétiens. Halloween est en effet célébrée à la veille de la Toussaint ou All Hallows Day pour les anglophones. D’où le nom de Halloween contraction de All Hallows’ Evening. Lors de la nuit d’Halloween, un certain nombre de chrétiens célèbrent ainsi leurs morts et se rendent pour l’occasion dans les cimetières afin de prier et de décorer les tombes de fleurs et de bougies. En Finlande, les bougies votives qui illuminent les tombes lors d’Halloween sont tellement nombreuses qu’elles transforment les cimetières en valomeri ou mer de lumière.

Après avoir occupé une partie de l’après-midi à creuser un potimarron pour la transformer en jack-o’-lantern, à préparer de délicieux muffins au potimarron et à fabriquer des chapeaux de sorcière en papier, nous sommes donc sortis à la tombée de la nuit pour nous diriger vers le cimetière de Maariankirkko (ou église de Marie) à quelques kilomètres de chez nous. Nous avons déambulé dans le calme de ce petit cimetière accolé à l’église, verdoyant et aux allées biscornues en admirant les centaines de bougies éclairant les stèles. L’atmosphère recueillie et pourtant très simple de ce petit cimetière typiquement finlandais m’aura même fourni l’occasion d’une discussion spirituelle sur nos êtres chers disparus avec Eléonore… de quoi peut-être amorcer une réconciliation avec la fête d’Halloween?

 

 

3 Commentaires

Classé dans Histoire, Quotidien

Journée des Forces Armées finlandaises

En ce 4 juin, le drapeau national est hissé pour célébrer la Force de Défense de Finlande. Les Forces Armées finlandaises sont composées des trois grands corps de l’armée que sont l’armée de terre, la marine, et l’armée de l’air ainsi que du détachement des gardes-frontières. L’armée est constituée de militaires professionnels et de réservistes mais aussi de conscrits pour un total de près de 35.000 hommes.

Blason des Forces de Défense finlandaises

 

En Finlande la conscription pour les hommes est obligatoire, dure entre 6 et 12 mois et peut être effectuée en service civil. Les femmes finlandaises ne sont pas en reste car elles peuvent effectuer une conscription volontaire, et elles sont environ 500 par an à le faire. Les finlandais semblent favorables à la conscription puisqu’un sondage publié par le Helsingin Sanomat (premier quotidien du pays) en février 2014 avait révélé que 75% des finlandais souhaitaient maintenir une armée de conscription alors que 16% étaient favorables à une armée de métier.

Il faut noter que la Force de Défense finlandaise participe aux opérations de maintien de la paix organisées par les groupes internationaux dont la Finlande est membre, à savoir l’ONU et l’Union Européenne. La Finlande, voulant conserver son statut de neutralité, a toujours refusé d’adhérer à l’OTAN. Néanmoins, l’armée finlandaise participe tout de même à des opérations conjointes avec l’OTAN dans le cadre du partenariat pour la paix.

Pour finir, la date du 4 juin n’a pas été choisie au hasard puisque c’est la date anniversaire de la naissance du maréchal Mannerheim qui est probablement l’homme politique le plus connu en Finlande. Carl Gustaf Emil de son petit nom naît donc le 4 juin 1867 à Askiainen, une petite ville du sud-ouest de la Finlande à une trentaine de kilomètres de Turku. Mais je vous en dirais plus sur ce grand homme politique qui fût le 6ème président de Finlande dans un prochain article. Nous avons prévu d’aller bientôt visiter le manoir de Louhisaari où est né Mannerheim, ce sera donc l’occasion de parler plus longuement du maréchal.

Clin d’oeil à notre amie Naïma qui célèbre elle aussi son anniversaire en ce jour du 4 juin, et qui mérite à elle toute seule qu’on hisse les drapeaux! Bon anniversaire depuis la Finlande 😉

 

1 commentaire

Classé dans Histoire

Journée du patrimoine finlandais

Le 12 mai, la Finlande célèbre son patrimoine en commémorant la naissance de Johann Vilhelm Snellman. Cet homme politique finlandais naît en 1806 sur le Patience, bateau ancré dans le port de Stockholm (son père était marin) à l’époque où la Finlande faisait partie du royaume de Suède. En 1809 quand la Finlande est rattachée à l’empire russe, devenant ainsi le Grand-Duché de Finlande, ses parents quittent Stockholm pour s’installer à Kokkola, port commercial important d’Ostrobotnie-Centrale sur la côte ouest de la Finlande.

Après des études à l’Ecole normale d’Oulu puis à l’Académie royale d’Åbo où il côtoie d’autres personnages célèbres de l’Histoire finlandaise comme Runeberg ou Lönnrot, Snellman découvre le mouvement appelé « Romantisme de Turku ». Ce mouvement politique et artistico-littéraire s’engage dans l’éveil d’un sentiment national et dans l’essor de la culture finlandaise.

Lors du grand incendie de Turku en 1827, une partie de l’Académie royale d’Åbo et de ses collections est détruite. Nicolas Ier tsar de Russie décide alors de délocaliser l’Académie à Helsinki où elle ouvrira ses portes en 1828 sous le nom d’université Alexandre, nom qu’elle porte encore à l’heure actuelle. Après avoir soutenu une thèse reprenant la pensée du philosophe Hegel, Snellman deviendra sénateur et oeuvrera à la reconnaissance du finnois. Cette reconnaissance aura lieu en 1855 quand le finnois devient langue officielle, au même titre que le suédois.

Poster un commentaire

Classé dans Histoire