Archives de Catégorie: Mythologie

Mythologie Nordique – Chapitre 2 : Les neuf mondes

Deuxième chapitre consacré à la mythologie scandinave et germanique. Avec un peu de retard, je vous le concède. Dans le chapitre précédent nous avons  vu comment les premiers Dieux sont nés et comment ils ont façonné le monde. Maintenant nous allons voir de quoi ce monde est fait et comment il s’organise, et croyez-moi, ça vaut bien un article.

Il existe deux notions fondamentales qui régissent la représentation de l’univers selon les croyances germanico-nordiques. La première, assez facile à appréhender, est que l’univers est divisé en neuf mondes, neuf royaumes que je vais vous décrire dans la suite de cet article. L’autre concept majeur est l’existence d’Yggdrasil, l’arbre-monde. Il aurait sans doute été plus logique de commencer par vous décrire Yggdrasil avant les neufs royaumes mais pour des raisons de commodité narrative je préfère faire le contraire.

Yggrdasil

Une représentation moderne d’Yggdrasil et des neuf mondes

Les neuf mondes de la mythologie nordique sont organisés en trois plans : le plan supérieur, le plan central et le plan inférieur. Il existe quelques divergences d’opinions quant à la question de quel monde appartient à quel plan. Je ne sais pas trop dans quelle mesure cette notion de plan est une pure création des historiens pour faciliter la représentation graphique de l’univers ou bien s’il agit d’un concept philosophique (comme vous le verrez les Dieux se situent quand même vachement au sommet et les morts vachement au sous-sol) qui finalement, comme tous les concepts philosophique, est assez sujet à l’interprétation. Une des représentations qui me plaît bien (par son aspect philosophique et mathématique) est celle dite de la triple trinité : trois plans constitués de trois mondes chacun.

Plan supérieur :

  • Asgard : le royaume des Æsir, les Dieux

Asgard est l’équivalent nordique de l’Olympe grecque. C’est le royaume des Æsir, les Dieux suprêmes, dirigé par Odin. Ce monde est souvent présenté comme une forteresse. En effet les Æsir firent appel à un géant pour ceindre Asgard d’une haute muraille. La légende du géant et de la muraille est fort intéressante mais malheureusement un peu longue pour être narrée ici, aussi vous la réserve-je bien au chaud pour un autre article.

Asgard

Asgard et Bifrost

Un des éléments les plus important d’Asgard est sans conteste le Valhalla. Le Valhalla est une sorte de havre, de paradis (souvent représenté comme un palais), dans lequel sont accueillis ceux qui sont morts avec bravoure. Ce sont les Valkyries (divinités mineures au service d’Odin) qui sont chargées de guider les âmes de braves vers le Valhalla après leur mort. Lorsque sonnera l’heure de Ragnarök (l’Apocalypse nordique) tous les guerriers du Valhalla viendront combattre au côté d’Odin contre Loki et son engeance.

  • Vanaheim : le royaume des Vanir, des Dieux aussi

Les Vanir (on peut aussi dire Vanes en français) sont des Dieux au même titre que les Æsir. Contrairement à ces derniers qui sont parfois  surnommés les Dieux guerriers, les Vanir sont plutôt associés à la fertilité, la sagesse et la magie. Le récit de la genèse n’explique pas comment les Vanir sont apparus. On sait juste qu’ils existent et qu’ils résident à Vanaheim. Les historiens suggèrent que les Vanir pourraient être des divinités qui furent vénérées en Scandinavie bien avant les Æsir. Quoiqu’il en fut, Snorri Sturluson nous raconte que les Æsir et les Vanir se livrèrent un jour à une guerre. Cet épisode riche de la mythologie nordique vous sera narré dans un prochain chapitre. Quelques Vanir célèbres sont les Dieux : Njörd, Freyr (fils de Njörd) et Freya (fille de Njörd).

  • Alfheim : le royaume des Alfes (Elfes)

On sait bien peu de choses sur ces êtres. Ils ne sont pas considérés comme des Dieux mais semblent supérieurs aux hommes. On les dit dotés de pouvoir magiques. Les Alfes de Alfheim sont appelés Elfes de lumière par opposition à leurs cousins, les Elfes sombres, qui peuplent Svartalfheim. Il est intéressant de noter qu’aucun nom d’Elfe ne figure dans les textes mythologiques. Nous nous contenterons de dire qu’ils sont là… pour le décorum. On pourrait simplement ajouter, conclure sur leur sujet, qu’à l’arrivée du christianisme en Scandinavie la notion d’Elfe s’est probablement fondue à celle des Anges.

Plan central :

  • Midgard : la terre des hommes

Le récit de la genèse nous raconte qu’Odin Vili et Vé créèrent Midgard à partir d’un sourcil du géant primordial Ymir. Se faisant ils offrirent aux hommes un royaume à l’abri de la menace des jötnar. Par analogie Midgard désigne parfois un gigantesque mur encerclant la terre des hommes, les protégeant des géants. Midgard est également entouré d’un immense océan dans lequel Odin jeta le serpent Jörmungandr, un des enfants de Loki. Le monstre crût tant et tant que son corps finit par encercler Midgard et il se mordit la queue (pour ceux qui s’intéressent aux analogies entre les différentes mythologies, sachez qu’il s’agit ici d’un exemple d’Ouroboros). Thor est l’ennemi juré de Jörmungandr et il existe plusieurs légendes passionnantes mettant en scènes ces deux protagonistes (légendes qui seront bien sûr narrées ultérieurement). Lors de Ragnarök, Jörmungandr cessera de se mordre la queue et sortira des eaux pour semer la destruction. Pour terminer sur cette description de Midgard j’ajouterai qu’il existe un pont qui relie Midgard à Asgard. Ce pont, représenté par un arc-en-ciel, est appelé Bifrost et est gardé par le Dieu Heimdalr.

  • Jötunheim : la terre des Jötnar

C’est dans cette contrée que la race des géants fut exilée par Odin après la création du monde (sans être un expert je dirais qu’il y a comme une certaine analogie avec les Dieux de l’Olympe bannissant les Titans dans le Tartare…). Ce royaume est séparé d’Asgard par la rivière Ifingr, ce qui n’empêche pas les géants de menacer en permanence les Dieux et les hommes. Les jötnar sont décrits comme des être vils, le plus souvent à l’apparence hideuse. Ils entretiennent cependant une relation ambiguë avec les Æsir et les Vanir, cherchant le plus souvent à leur nuire, mais nouant parfois des alliances complexes avec eux. Lors de Ragnarök les jötnar combattront contre les Dieux dans le but d’annihiler toute vie.

  • Svartalfheim : la terre des Alfes sombres et des Nains.

Il existe bon nombre d’incertitudes concernant ce monde. La première, et pas des moindres, porte sur l’appellation de ses habitants. Selon certains historiens il est tout à fait possible que les nains et les Alfes sombre soient un seul et même peuple. La confusion provient de l’Edda en prose dans laquelle l’auteur fait référence aux svartálfar (swart elves, elfes sombres). Ce nom pourrait en effet correspondre à un peuple à part entière, mais il est plus que probable qu’il ne s’agisse en réalité que d’un synonyme pour décrire les nains. Une autre ambiguïté concerne le nom du royaume lui-même, ou plutôt son appartenance ou non aux neuf royaumes. On retrouve en effet à plusieurs reprises dans l’Edda le nom de Nidavellir comme étant la terre des nains. Nidavellir et Svartalfheim seraient-ils un seul et même lieu ? L’un contiendrait-il l’autre ? Est-ce vraiment important ?

Plan inférieur :

  • Niflheim : monde de glace et d’ombre

Le monde élémentaire du froid et de la brume. Pas grand-chose à en dire puisque rien de très intéressant ne s’y passe. On pourrait noter cependant que certains auteurs considèrent que l’outre-monde – Helheim – se trouve au fin fond de Niflheim. Il existe en effet une grande ambiguïté dans les termes Hel, Niflheim et Niflhel qui englobent des zones plus ou moins entremêlées et pour lesquelles il est impossible de tracer de réelles frontières. Pour finir, sachez que Hvergelmir, la source des douze rivières mythiques, se trouve dans Niflheim (ça servira plus tard).

  • Muspelheim : monde de feu et de lumière

Comme décrit dans le chapitre sur la genèse du monde, Muspelheim est l’opposé de Niflheim. Dans cette contrée de lave et de feu vivent certains jötnar que l’on appelle les enfants de Muspell, des géants de feu.

Sutr et les enfants de Muspell

Sutr et les enfants de Muspell

Ce royaume est dirigé par le terrible Sutr, un géant brandissant une épée flamboyante. Il est dit que ces jötnar de feu sèmeront le chaos et la destruction lorsque sonnera Ragnarök. Enfin, on pourra ajouter que le soleil et les étoiles furent façonnés à partir des braises de Muspelheim.

  • Helheim : l’outre-monde, royaume des morts.

Parfois appelé Hel tout court ce royaume est la dernière demeure des assassins, des voleurs et de tous ceux qui n’ont pas étés bons dans leur vie. Il serait difficile de ne pas y voir une forte ressemblance avec l’enfer chrétien, à tel point que les historiens s’accordent à penser que Snorri se serait fortement inspiré des croyances chrétiennes pour décrire « le neuvième monde ». Hel est cerné par Gjöll, une des douze rivières qui s’écoulent de Hvergelmir.

Les trois enfants de Loki et Angrboda : Fenrir, Jörmungandr et Hel.

Les trois enfants de Loki et Angrboda : Fenrir, Jörmungandr et Hel.

Un unique pont enjambe cette rivière et constitue ainsi le chemin des morts. Au Ragnarök il est dit que les morts franchiront le pont dans l’autre sens et participeront à l’ultime bataille contre les Dieux. De façon très originale le royaume de Hel est gardé par Hel (c’est d’ailleurs pour éviter la confusion que l’on utilise le mot Helheim pour désigner le lieu, qui d’ailleurs signifie « demeure de Hel »). Pour la petite histoire, Hel (personnage féminin) est un des enfants de Loki.

 

Le prochain chapitre sera logiquement consacré au mythe d’Yggdrasil, l’arbre-monde qui relie les neuf mondes entre eux.

1 commentaire

Classé dans Mythologie

Mythologie Nordique – Chapitre 1 : Genèse

J’ouvre une nouvelle catégorie consacrée aux récits épiques et fascinants de cette mythologie malheureusement peu connue qu’est la mythologie germanico-nordique. Les sources écrites nous permettant de retracer les grandes lignes de ces croyances ancestrales ont presque toutes disparues lors de la christianisation des pays scandinaves et germaniques, aux alentours du Xème siècle. Fort heureusement, un historien et poète islandais du nom de Snorri Sturluson va, au cours du XIIIème siècle, entreprendre une reconstitution de la mythologie scandinave. De son travail naîtra une oeuvre considérée comme majeure dans la littérature du moyen-âge : l’edda en prose, aussi appelée Edda de Snorri. Complétée par l’Edda poétique -un recueil de poèmes scaldiques datant du VIII au XIIIème siècle et dont l’auteur est inconnu- ces deux textes constituent à présent la principale (et quasi unique) source écrite traitant de la mythologie nordique.

Je vais donc vous distiller quelques petites histoires tirées des mythes et légendes scandinaves. Et puisqu’il faut bien commencer par le commencement, attaquons sans plus tarder le récit de la genèse du monde.

Au commencement était le néant : Ginnungagap. A l’extrémité nord de cette vaste étendue de vide se trouvait Niflheim, un monde sombre et glacial seulement habité par le givre et la brume. Lui faisant face, au sud du vide primordial, se trouvait son opposé : Muspelheim, le royaume du feu et de la lumière, terre de lave et de fournaises.

Quelque part au milieu de Ginnungagap, les courants glacés de Niflheim rencontraient les vents brûlants de Muspelheim formant ainsi l’eau. De cette eau primitive naquit le premier être : Ymir, le père des Jötnar (un jötunn, des jötnar, ndla), les géants de glace. Cette eau primitive engendra également une vache, Audhulma, pour le plus grand plaisir d’Ymir qui pu donc se nourrir en s’abreuvant de son lait dont il est dit qu’il s’écoulait de ses pis en formant quatre rivières. Commença alors une deuxième vague de naissance dans cette univers mal dégrossi. Ce fut d’abord Ymir qui engendra 3 enfants (3 jötnar). Le deux premiers, mâle et femelle, furent créés à partir de la sueur qui s’écoulait de ses aisselles pendant son sommeil. Son troisième enfant, un fils, naquit de l’union de la jambe gauche d’Ymir avec sa jambe droite. Ses trois enfants deviendraient les futurs parents de la race des jötnar, qui comme leur père, furent nourris au lait sacré d’Audhulma.

Ymir Adulhma

Le bovin sacré, puisqu’on en parle, se trouve être à l’origine de la création d’un être nouveau dans cet univers peuplé par les jötnar. Un être ô combien important car sa descendance entraînera un bouleversement sans précédent dans l’équilibre de l’univers. Cet être c’est Buri. La légende raconte qu’Audhulma, toute vache sacrée qu’elle fut, devait bien se nourrir de quelque chose. Pour se sustenter elle léchait un rocher recouvert de sel et de glace. Un jour qu’elle lapait consciencieusement son rocher elle vit affleurer une touffe de cheveux. Le deuxième jour ce fut une tête entière qui émergea du roc. Continuant à dégrossir son bloc à coups de langues Audhulma libéra finalement, au troisième jour, le corps tout entier du Buri, le grand-père des Æsir, les Dieux. Buri eut un fils, Borr, qui épousa une jötunn nommée Bestla. De cette union naquirent 3 frères : Vé, Vili et Odin.

Les trois rejetons de Borr et Bestla ne furent pas long à comprendre que les jötnar étaient et seraient toujours plus nombreux que les Æsirs. Dès lors la seule possibilité pour eux de s’élever au dessus des jötnar étaient de s’en débarrasser. Pour cela ils attaquèrent le problème à la racine en assassinant l’ancêtre des jötnar : Ymir. Le premier crime de l’histoire fut également la source de la plus importante des créations de la mythologie nordique puisqu’elle façonna le monde. Après avoir attendu patiemment qu’Ymir s’endorme, Odin, Vili et Vé attaquèrent le géant de toute leurs forces. Les torrents de sang qui jaillirent de ses plaies noyèrent tous les jötnar à l’exception de Bergelmir et sa femme qui réussirent à s’abriter. Le couple survivant permettrait plus tard de rebâtir la race des jötnar.Odin Vili Ve Les trois frères victorieux jetèrent alors la dépouille d’Ymir au milieu de Ginnungagap et commencèrent à façonner le monde à l’aide des restes du géant. Le sang qui s’était répandu devint les océans et les rivières, sa chair forma la terre et ses os les montagnes. De ses dents fut créée la roche et ses cheveux devinrent des forêts. Les sourcils d’Ymir formèrent Midgrad, la futur terre des hommes. Enfin, les trois Æsir jetèrent le crâne d’Ymir en l’air et celui devint le ciel, le couvercle du monde. Il lancèrent alors le cerveau du géant dans le ciel créant ainsi les nuages. Alors qu’il travaillaient à la création du monde, les trois Dieux remarquèrent des asticots qui grouillaient sur le cadavre d’Ymir. Ces asticots devinrent les nains et les 4 premiers d’entre eux furent réquisitionnés par les 3 frères pour soutenir le crâne d’Ymir afin d’empêcher celui-ci de tomber. Ces 4 nains furent nommés Nordi, Vestri, Sundri et Austri (Nord, Ouest, Sud et Est comme vous l’aurez certainement deviné).

5 Commentaires

Classé dans Mythologie