Archives de Tag: Harmonie vocalique

Leçon de finnois #1 : Alphabet et prononciation

J’ouvre le chapitre « linguistique » de notre blog avec une première leçon consacrée à la prononciation du finnois. Un article qui est autant un pense-bête pour nous qu’un petit guide pour vous, futurs touristes.

D’aucun disent que le finnois est une langue difficile. Certes, dans sa grammaire, sa syntaxe et ses multiples déclinaisons (auxquelles nous consacrerons un article dès que nous connaîtrons les quinze). Mais s’il y a bien un domaine dans lequel le finnois est relativement simple c’est sa prononciation.

Cette langue obéit à la règle suivante : le finnois se prononce exactement comme il s’écrit et s’écrit exactement comme il se prononce. Il n’y a donc aucune lettre muette contrairement au français ou à l’anglais et toutes les lettres se prononcent invariablement de la même façon d’un mot à l’autre. Avec un peu de pratique vous pourrez donc prononcer n’importe quel mot comme un vrai petit finlandais.

  • Entrons à présent dans le vif du sujet, et commençons par le plus simple : les consonnes.

– B se prononce comme en français

– C est absent de l’alphabet et n’existe que dans les mot d’emprunt (comme « cajun » ou « CD »).

– D se prononce comme en français

– F n’est utilisé que dans les mots dérivés de langues étrangères comme « fysiikka » (=physique)

– G est rare mais se prononce comme dans « gladiateur » ou « guet-apens »

– H est toujours aspiré comme le H anglais dans « Happy », « Hello ». Là où ça devient délicat c’est quand il est placé au milieu d’un mot car s’il est assez aisé de prononcer « Hyvää » c’est une toute autre histoire quand il s’agit  d’aspirer le H de « Kahvi » (café)  ou de « Vihreä » (vert). Cela donne un son qui ressemble un peu à un « R » mais très léger. Ainsi, « Kahvi » se prononce un peu « Karvi »… c’est assez subtil, il faut l’entendre pour le comprendre.

– J se prononce comme le Y de « yaourt ». Exemple parfait s’il en est, puisque yaourt se dit jogurtti (prononcez [yogourtti]).

– K est certainement la lettre préférée des finlandais et se prononce exactement comme en français.

– L, M, N, P : comme en français… enfin, à peu près. Le P est un peu plus marqué et le N est moins nasal (paraît-il).

– Q est absent de l’alphabet

– R est roulé comme en espagnol

– S se prononce comme dans « salsepareille », et non pas comme dans « oseille »

– V se prononce à mi-chemin entre le V français et le V espagnol. Ce n’est pas tout à fait un B mais il est beaucoup plus doux que le V français.

– W, X et Z sont absents de l’alphabet finlandais classique et ne se retrouvent que dans les mots d’emprunt. Le X et le Z peuvent toutefois être substitués par « ks » et « ts » respectivement, comme dans « pitsa » par exemple (comprenez « pizza »).

Mis à part le R roulé et le J il n’y a aucune bizarrerie pour nos oreilles de français. Mais ce serait trop simple si on devait en rester là. Ayant déjà ôté 6 consonnes de leur répertoire il fallait bien qu’ils trouvent un moyen de compenser cette tendance à la simplification. C’est chose faite avec le doublement des consonnes… dont ils raffolent. Et si vous vous souvenez de la première règle que je vous ai énoncée, toutes les lettres doivent être prononcées, même (et surtout) les lettres doublées. Ainsi un finlandais à tout intérêt à bien marquer la différence entre « kylä » (village) et « kyllä » (oui). Concrètement il faut allonger le son L, ce qui est encore relativement facile. Personnellement je trouve le double K et le double P assez balèzes.

  • Passons maintenant au plat de résistance : les voyelles.

La grammaire finlandaise distingue trois catégories de voyelles.

Les back vowels : A, O et U.
A et O sont assez proches de  et Ô comme dans « tâche » et « côte ».
Le U se prononce « ou », exactement comme en espagnol.

Les middle vowels ou neutral vowels : I et E
Les plus simples. Le I est un I normal et le E se prononce presque comme le é français mais en tirant un peu sur le è.

– Les front vowels : Ä, Ö et Y.
Là c’est une autre paire de manches… même avec de l’entrainement il nous faut beaucoup de concentration pour réussir à produire un son finlandais authentique.
Le Y est très simple puisqu’il correspond au U français. Le mot « Kysymys » (question) se prononce donc [Kussumusse].
Le Ö se prononce comme le EU de « beurre » ou le OEU de « œuf ». Les anglais utilisent le mot « bird » pour illustrer ce son.
Le son Ä se situe quelque part entre le è de « frère » et le A de « cat ». Ce n’est pas vraiment l’un plus que l’autre, c’est entre les deux et un peu des deux à la fois. Vous pouvez vous entrainer en essayant de prononcer le A de « cat » puis, une fois que vous tenez bien le son, modulez-le jusqu’à ce qu’il devienne un è. Environ à mi-chemin vous avez quelque chose qui ressemble au Ä finlandais.

Tout comme les consonnes les voyelles se doublent assez couramment en finnois. Exemple dans cet extrait de conversation typique : « Hyvää huomenta. Mitä kuuluu ? » (Good morning. How are you ?). Contrairement aux consonnes doublées qui servent à marquer une coupure entre deux syllabes (ex: kauppa (boutique) = [kaup-pa]), les doubles voyelles forment une même unité phonétique, plus longue que la voyelle simple.

Si je vous ai mentionné les trois différentes classes de voyelles ce n’est pas juste pour me la raconter avec de termes techniques mais parce qu’il existe une règle qui stipule qu’un même mot ne peut contenir à la fois des front vowels et des back vowels. Les middle vowels, elles, peuvent être présentes n’importe où. Vous pouvez reprendre tous les exemples que j’ai cités pour vous en persuader. C’est une règle qui a pour but de maintenir une certaine harmonie dans la prononciation des mots. A noter qu’elle ne s’applique pas aux noms composés (dont le dictionnaire finlandais regorge), de cette façon nous pouvons déduire que le mot « vanutyynyt » qui figure sur le paquet de coton est un mot composé bien que nous n’ayons aucune idée de sa signification. En effet « Vanu- » ne comporte que de back vowels tandis que « -tyynyt » ne contient que des front vowels. On constate également ce phénomène dans certains noms de rue, exemple « Löytänänkatu », la première partie du mot « Löytänän » ne comporte que des front vowels alors que le mot « katu », qui signifie « rue » s’écrit avec des back vowels. Cette règle s’étend aussi aux déclinaisons, et je finirai sur un exemple simple : le suffixe -sta se rajoute pour signifier « issue de » ou « hors de » (et surement plein d’autres nuances) ainsi « hors de la maison » se dit talosta (talo + sta) tandis que « hors du lit » se dit sängystä (sänky+stä. Je remarque que cet exemple n’est pas aussi simple que je l’avais annoncé puisque vous avez dû constaté la mutation consonantique du nk qui devient ng).

En résumé il faut :
– Retenir la règle de l’harmonie des voyelles
– Bien marquer les doubles lettres
– S’entraîner à prononcer Ä et Ö

Et si vous avez bien tout retenu vous devriez savoir prononcer Löytänänkatu la prochaine fois qu’on se verra.

La prochaine leçon sera consacrée aux différentes façons de dire bonjour.

Hei hei !

10 Commentaires

Classé dans Linguistique